Game Start : La Passion avant tout


[Critique] Innocent T.1

innocentdelcourtC’est Akata qui nous a fait découvrir le mangaka Shin’ichi Sakamoto en publiant en 2007 sa série Kiômaru, puis en 2008 le sympathique Nés pour Cogner. Mais c’est en 2010 que l’auteur devient un incontournable de la scène manga avec son titre Ascensionun véritable chef d’oeuvre à la narration fabuleuse soutenu par des dessins somptueux. Cette série étant déjà terminé en France avec un total de 17 tomes, il était temps pour Shin’ichi Sakamoto de nous dévoiler sa nouvelle série. C’est lors de son passage en France en décembre 2011, où j’ai d’ailleurs eu la chance de le rencontrer, que l’auteur avait annoncé que les lecteurs seraient très surpris par le thème de son prochain titre.

L’histoire
La série Innocent nous propose de suivre la vie de Charles Henri Sanson, bourreau français sous la cour de Louis XVI. Avec plus de 3000 exécutions à son actif, il est surtout connu pour avoir décapité les révolutionnaires Danton ou Robespierre. Malgré tout, il a toujours eu un profond dégoût pour cette profession qui est dans sa famille depuis plusieurs générations et il est obligé d’abandonner ses études pour prendre la relève de son père malade…

Mon Avis
innocent extrait 1Shin’ichi Sakamato avait pour moi atteint la perfection avec son manga Ascension, pourtant Innocent le surpasse sur de nombreux points. Si le thème n’est pas le même puisqu’ici nous allons revisiter l’histoire de France, le mangaka a décidé de mettre à nouveau en avant un anti-héro en la personne de Charles Henri Sanson. Jeune garçon de 14 ans, il n’a qu’une envie :  compléter ses connaissances et apprendre plus sur les origines du monde qui l’entoure. Mais malheureusement pour lui son destin est déjà tout tracé, il ne peut être que le bourreau du Roi et cela il ne l’accepte qu’à contre coeur.

Innocent 1Nous suivons donc le parcours tortueux de Charles Henri, qui va bien malgré lui devoir affronter la réalité de sa nouvelle vie. Shin’ichi Sakamoto fait une nouvelle fois preuve d’un incroyable talent, ses dessins sont d’une beauté incommensurable et à coupé le souffle. J’ai eu l’impression d’être devant des oeuvres d’art par moment tellement le trait est précis, détaillé, fourmillant de détails et d’une finesse à en faire pâlir tous les auteurs de shonen au rabais. Chaque page est mis en valeur par la force des dessins dont le mangaka a supprimé, une nouvelle fois, toutes les onomatopées japonaises. L’histoire est mené d’une main de maître avec une ambiance très soignée, des décors fabuleux qui retranscrive très bien l’époque. Il faut savoir que Shin’ichi Sakamoto s’est énormément documenté, a profité de son voyage en France en 2011 pour approfondir ses connaissances et a été aidé par de nombreux assistants pour respecter le contexte historique.

Innocent 2J’ai été complètement happé par Innocent que j’attendais depuis très longtemps. La jeunesse de Charles Henri Sanson ne peut nous laisser indifférent, tout comme la fin de ce premier volume dont l’attente de la suite va être insoutenable. Un petit mot sur l’adaptation française, les pages couleurs sont présentes, la couverture magnifique, l’impression des pages, la qualité du papier et de l’adaptation sont tout simplement sublimes. Innocent est sans aucun doute le plus beau manga seinen de 2015 et des années à venir. Shin’ichi Sakamoto a mis la barre très haute et je vous conseille vivement de vous jeter dessus que vous aimiez l’histoire de France ou non.

Innocent tome 1 disponible aux Editions Delcourt au prix de 7,99€


[Critique] Nés pour Cogner T.1

cogner1

En attendant ma critique sur le manga Innocent, je vous propose de découvrir l’un des excellents titres de Shin’ichi Sakamato. Pas aussi bon que l’exceptionnel Ascencion, même si il est improbable de les comparer sur la forme. Par contre les valeurs évoquées sont toujours identiques et chères à l’auteur.

J’en avais un peu marre de lire des shojos que je trouve de plus en plus niant-niant (mise à part Nana et orange) et comme je me procure énormément de manga provenant des éditions Akata, j’ai regardé ce que proposait leur catalogue bien fourni. C’est alors que je suis tombé sur la couverture d’un homme en slip, un fundoshi exactement, non pas que je sois attiré par les hommes musclés à moitié nus transpirant de sueur, loin de là, mais dès les premières planches j’ai senti que ce Nés Pour Cogner avait quelque chose de particulier…

L’histoire
Capture d’écran 2015-04-05 à 13.41.43Ce manga racontre les aventures de Takeshi Yamato, un jeune lycéen tokyoitequi déménage dans une nouvelle ville. Ex-chef de bande affublé d’un incroyable et gigantesque secret, il est bien décidé à faire table rase du passé pour devenir enfin un garçon fréquentable. Pourtant dès les premiers jours, son secret est démasqué par une bande de voyou et tout le monde dans son nouveau lycée est déjà au courant. Fou de rage, Takeshi décide d’en venir au main, mais il est interrompu, puisque son adversaire, Gôno, doit livrer un combat officiel pour le titre de Masuraou. Le Masuraou est une grande cérémonie qui se déroule tous les ans depuis des centaines d’années dans la ville d’Osaka, où les hommes se battent en duel uniquement à main nu afin de devenir le roi de la ville. C’est en apprenant cela, que Takeshi décide de participer à ce culte de la virilité pour qu’il puisse enfin se faire respecter.

Mon Avis
Capture d’écran 2015-04-05 à 13.44.23Ce premier tome, sur sept, nous met donc directement dans l’ambiance avec en premier plan un sens de l’humour comme les mecs, « les vrais », l’aiment (bien gras comme diraient certains) ainsi qu’une bonne dose de baston soutenu par un graphisme et un découpage des planches dynamique et au character design inspiré. Du grand Shin’Ichi Sakamoto. Le scénario, certes, ne casse pas trois pattes à un canard, mais l’intérêt de Nés Pour Cogner ne se situe pas vraiment là, car au delà de ces combats et de son humour en dessous de la ceinture, il y a derrière tout ça une thématique qui reviendra sans cesse dans les prochains volumes: « Le courage, le respect, la loyauté, la sincérité, l’amour et l’amitié ». Des valeurs qui de nos jours semblent très souvent dénués de sens, voir sans intérêt pour certains, et qui pourtant pourraient apporter beaucoup de sens à la vie de chacun. Nés Pour Cogner est un manga à suivre et que je vous recommande chaudement.

Nés pour cogner disponible aux Editions Delcourt au prix de 7,99€


Noni Nobi ! fête ses 5 ans

5anslogo

Fondé par Pierre-Alain Dufour et Olivier Pacciani, passionnés par le Japon et la littérature jeunesse, nobi nobi ! fait une entrée remarquée sur le marché de l’édition avec deux premiers titres le 18 mars 2010 : Papa Renard en croque pour les cochons, grâce auquel les lecteurs ont découvert un grand auteur japonais et Princesse Pivoine, qui introduisit pour la première fois le graphisme manga de qualité dans un livre illustré.

Sa ligne éditoriale aiguisée par l’exigence et la créativité, permet à nobi nobi ! d’être honoré en 2013 du prestigieux Prix Sorcières décerné par l’Association des Librairies Spécialisées Jeunesse et l’Association des Bibliothèques de France pour le magnifique album La Maison en petits cubes, déjà réimprimé trois fois. En 2013, nobi nobi ! s’ouvre les portes du lectorat BD grâce au lancement de l’unique collection de manga exclusivement jeunesse avec la parution de l’emblématique Pan’Pan Panda, une vie en douceur mais aussi Les Classiques en Manga qui revisitent les plus grands chefs-d’oeuvre de la littérature mondiale.

Très diversifié tant dans le graphisme que les thématiques (contes, poésies, récits autobiographiques, docufiction), le catalogue de la maison s’étoffe début 2015 de son cinquantième titre et de sa cinquième collection, « Jan-Ken-Pon » dédiée au livres-jeux, preuve de son dynamisme.

En cinq ans, les éditions nobi nobi ! ont réussi le tour de force de proposer des œuvres qui plaisent à tous les âges, réalisant ainsi le crédo de la marque : partager les livres entre petits et grands lecteurs… « s’ils sont sages » !

Afin de fêter en grandes pompes cet anniversaire, nobi nobi ! vous concocte son lot de belles surprises pour 2015.

Au programme :

• Des auteurs phares de la maison d’édition feront leur grand retour comme Ein Lee (La Princesse au bol enchantéou encore Shiitake (Yôsei) ;

• nobi nobi ! aura le plaisir d’accueillir en mars-avril dans son catalogue deux des plus grands noms de la littérature jeunesse japonaise, reconnus dans le monde entier ;

Une nouvelle collection inédite et originale à paraître au mois de juillet pour le festival Japan Expo.

Enfin, au fil des mois, ne manquez pas non plus les nombreux événements en librairies et en salons préparés par l’équipe nobi nobi !


[Critique] Mon voisin Masuda

MonvoisinmasudaAprès vous avoir parlé des aventures de Bonolon aux Editions Nobi Nobi, je vais m’attarder sur un autre livre pour enfants, Mon Voisin Masuda. J’affectionne toujours autant les livres de cet éditeur et mes deux garçons aussi, qui du haut de leur 6 et 3 ans, n’ont pas toujours la même vision des choses.

L’histoire
Aujourd’hui, la petite Miho n’a pas envie d’aller à l’école et cherche tous les prétextes imaginables pour rester au fond de son lit. Pour quelle raison est-elle si réticente ? Parce que dans sa classe, elle est assise à côté d’un horrible monstre vert à l’air malicieux : Masuda, qui la martyrise et se moque d’elle toute la journée. Il trace une ligne à ne pas dépasser entre leurs deux bureaux. Il rapporte à la maîtresse quand elle compte sur ses doigts en cours de mathématiques ou ne finit pas ses carottes à la cantine. Bref, ce maudit Masuda fait de sa vie scolaire un enfer !

Mon Avis
Monvoisinmasuda01
Mon voisin Masuda parle d’un thème toujours d’actualité aujourd’hui, le harcèlement moral à l’école. Ce récit est en plus directement inspiré de l’auteur Miho TAKEDA, qui lors de sa rentrée scolaire en primaire a fait la rencontre de Masuda qui n’a pas arrêté de l’embêter. Dans son livre, elle nous raconte donc avec humour comment se voisin de classe se comportait avec elle. Pour cela Masuda est dessiné sous la forme d’un dinosaure, le rendant ainsi plus « méchant » tout donnant un ton décalé à l’histoire. Les enfants, de 5/6 ans comprennent ainsi rapidement qu’il s’agit de la vision que se fait Miho de Masuda, les plus jeunes vous demanderont pourquoi un dinosaure va l’école (ils n’ont jamais connu Denver).

Monvoisinmasuda02Mais ce qui nous touche le plus dans ce livre, c’est que cette petite fille reste silencieuse fasse à tout cela. Elle n’a plus goût pour aller à l’école, espère tomber malade, rêve de passer sa journée au parc tout ça pour ne plus avoir à affronter Masuda. Ce dernier, la tape, lui fait peur, a même dessiné une ligne sur leur bureau qu’elle ne doit pas dépasser, rapporte à la maitresse que Miho ne sait pas compter et j’en passe. Cependant, un jour, il a été trop loin et Miho a su dépasser sa peur en prenant le dessus bien malgré elle. Masuda prend alors conscience de son comportement et décide de s’excuser.

Ce quotidien tout le monde peut le vivre ou l’avoir vécu et à travers son livre Miho Takeda laisse une lueur d’espoir pour faire comprendre aux enfants que tout peux changer. Les dessins sont très enfantins, avec un contour noir épais que j’aime beaucoup, un petit côté crayonné au feutre grossier et un découpage manga sur certaines pages rendant ainsi le tout plus vivant. Et puis la petite Miho est tellement mignonne que vous ne pourrez pas rester indifférent face à ses grands yeux.

Mon voisin Masuda disponible aux Editions Nobi Nobi au prix de 12.54€


Mon bilan vidéoludique 2014

nintendo-artwork-54a510a60fc6d

Nous sommes déjà en 2015 et il est temps, comme tous les ans, de tirer un petit bilan de l’année 2014 sur la passion qui m’anime toujours autant : Les jeux vidéo (j’essaierai d’en faire de même pour les manga).

Si 2014 (en vérité fin 2013) a été marquée par l’arrivée de la PS4 et de la Xbox One, je n’ai toujours pas décidé de sauter dedans. Plusieurs raisons à cela, il me reste encore des tonnes de jeux à jouer sur PS3, aucun jeux ne m’a fait craquer mon PEL (qui est d’ailleurs bien vide aussi), ma connexion internet de campagnard ne semble pas du tout adapté à tous ces nombreux patchs qui viennent entacher l’envie de jouer immédiatement à un jeu. Je me réserve encore un an ou deux avant de franchir le pas, même si je suis plus attiré par la console de Microsoft.

Mais ce n’est pas pour autant que l’ennui vidéoludique m’a atteint, bien au contraire. Deux consoles ont réussi à m’amuser, à m’occuper pendant mes longs trajets en train (merci les grèves de la SNCF) la WiiU et la PSVita. Etonnant pour certains qui pense encore que ces deux machines n’ont rien à apporter, mais qui pour moi, possède l’essence même du jeu video : le plaisir de jouer. Certains jeux 2013 ce glisseront surement dans mon classement, la faute à tous ces titres qui sortent en fin d’année et d’autres sortis en 2014 auquel je jouerai en 2015 car le Père Noel vient tous juste de les sortir de sa hotte.

Ce qu’il faut en tout cas retenir, au-delà de toutes les polémiques et débats que peut entrainer ce medium, c’est que le jeu vidéo est là pour nous divertir, nous faire rêver, nous faire ressentir des émotions qu’il faut savoir partager et transmettre. Cette approche je l’ai déjà commencé avec mon fils de 6 ans avec qui, cette année, j’ai pu lui faire découvrir des nouveaux jeux auquel je jouais aussi quand j’étais plus petit. La boucle est bouclée.

 

Mon top 5 jeux vidéo 2014

danganronpa
1#DanganRonpa 1 et 2 – PSVita
Cette année le visuel novel a enfin pris ses marques en Europe grâce à deux jeux DanganRonpa. Les deux épisodes sortis sur PSVita sont tout bonnement exceptionnels (j’ai une préférence pour le deux), grâce notamment à un scénario qui sait vous prendre aux tripes et aux multiples rebondissements. Dommage que les jeux soient restés en anglais, le grand public mériterait de découvrir ces deux bombes vidéoludiques.

Mon test de Danganronpa 1
Mon test de DanganRonpa 2

ys
2#YS Memories of Celceta – PSVita
J’ai commence tout doucement à me remettre aux RPG après une longue période d’abandon. L’investissement « temps » me faisant toujours défaut, il m’était impossible de me plonger dans une grande aventure. Mais grâce à l’éloignement géographique de mon lieu de travail, j’ai pu jouer à Bravely Default sur 3DS (non terminé à ce jour certains comprendront pourquoi) et à YS Memories of Celceta. J’en ai pas parlé sur mon blog, mais c’est un très bon RPG old-school, avec des combats dynamiques, des décors vastes et variés le tout accompagnés de très bonnes musiques. Le jeu n’est pas traduit en français, uniquement en anglais, mais il serait vraiment dommage de passer à côté de ce RPG sur PSVita.

Mucho-Party-1-androappinfo
3#Mucho Party – iOS
Twitter sait combien j’aime ce jeu. Je ne loupe pas une occasion pour en faire la promotion. Mucho Party est un party game  incontournable et à jouer sur iPad de préférence. Je m’y suis énormément amusé, le jeu est accessible à tous (même mon fils de 3 ans arrive à participer aux épreuves) et c’est le jeu idéal à sortir lors des fêtes entre amis ou famille. Et en plus c’est réalisé par un studio français. Cocorico !

Mon test de Mucho Party

mk814
4#Mario Kart 8 – WiiU
Que serai une console Nintendo sans son Mario Kart ? Le cru 2014 nous revient dans une version HD totalement ébouriffante ! Visuellement c’est tout simplement magnifique, le jeu est bourré de petits détails, il possède une animation de folie et les courses proposant des passages jouant avec la gravité renouvelle la recette sans grandement l’amélioré. Mais Mario Kart 8 c’est surtout pour ces parties en ligne ou en local qu’on l’aime et on s’amuse toujours à se fracasser la gueule à coup de carapaces. Le seul bémol, le mode arène a totalement disparu pour laisser la place au mode ballon sur les circuits du jeu. Sans intérêt.

captaintoad2
5#Captain Toad – WiiU
Officiellement Captain Toad sortait le 2 janvier 2015, officieusement il était disponible dès le 19 décembre et réellement pour moi le 24 décembre. Ce jeu est une petite merveille, Nintendo nous a sorti un titre à la finition parfaite, les énigmes vous propose d’atteindre plusieurs objectifs dans des tableaux en vue isométrique que vous pouvez regarder sous toutes les coutures. Cela me fait d’ailleurs pensé à l’excellent Monument Valley avec des challenges en plus pour obtenir le 100%. Captain Toad c’est frais, tout rond, jolie, amusant et sans prise de tête. Un petit plaisir coupable qui ne pourrait se jouer que sur le Gamepad tellement il semble avoir été crée pour lui.

Ma déception 2014

Child of Light – PSVita
J’ai toujours une aversion pour les jeux en dématerialisé, même si il m’arrive d’en acheter de temps en temps. Je n’avais donc pas craquer pour Child of Light sur PS3 tout de suite et bien m’en a pris puisque une version boite était annoncé quelques mois après sur PSVita. Si visuellement le titre d’Ubisoft propose des décors magnifiques, digne d’un livre de contes de fée, le jeu en lui même ne m’a pas séduit. Entre une progression très linéaire, des combats un peu mou, j’ai traversé ses beaux tableaux sans véritable plaisir.

 

Les jeux 2013 auquel j’ai joué en 2014 (et qu’il est encore temps d’acheter)

Pikmin 3 – WiiU
C’est surement l’un des meilleurs jeux de la WiiU. Ce jeu de stratégie et d’exploration au coeur des nombreux jardins m’a totalement happé pendant plusieurs mois. L’ambiance très zen qui se dégage de Pikmin 3 est unique et je trouve dommage que ce jeu n’ai pas rencontré le succès escompté. Il y a une démo disponible sur l’eShop, essayez le ;)

The Legend of Zelda : A Link Between Worlds
J’ai beaucoup douté à son sujet avant sa sortie. Mais une fois en main, la magie de la série a opéré. En plus de son charme définitivement rétro et sa réalisation aux petits oignons, le gameplay de cet opus 3DS est tout simplement un coup de génie. Les possibilités que donnent le fait de pouvoir se mouvoir tel un dessin sur les murs sont infinis et donnent lieu à de nombreuses surprises. Sans oublier la bande son, un véritable chef-d’oeuvre.

Attack of the Friday Monster ! A Tokyo Tale – eShop 3DS
Il a été mon coup de coeur de l’année dernier pourtant il est sorti en 2013 sur l’eShop. J’ai profité d’une promotion le proposant à 3€ pour me jeter dessus et il ne m’a pas déçu. Dans une ambiance de vacances d’été dans la campagne japonaise, je me suis autant émerveillé que les enfants du jeu. Le chant des cigales, les magnifiques décors nous entraine dans une enquête imaginaire sur une invasion extra-terrestre. J’ai savouré l’aventure de bout en bout, c’est léger, on peut y collectionner des cartes et y jouer contre ses amis et on se ballade au fil des magnifiques musiques en sentant presque cette petite brise caresser notre visage en plein été.

Les jeux 2014 auquel je jouerai en 2015 (si j’ai le temps)

Bayonetta 2 – WiiU
J’ai tout simplement adoré, voir idolâtré pendant longtemps le premier sur Xbox 360 et jouer au 2 était une obligation.

Hyrule Warriors – WiiU
En plus de Bayonetta, j’avais besoin d’un défouloir dans un univers familier pour me décharger de tout mon stress de la semaine. Je pense avoir fait le bon choix.

Personna Q – 3DS
Il parait qu’il est très bon et visuellement ça a l’air sympa. Et puis ça m’occupera pendant mes trajets.

Les jeux que j’attends pour 2015
Je ne sais pas grand chose d’eux, j’ai vu quelques trailers, parfois sans gameplay, mais ils attisent ma curiosité de joueur. Il faudra d’ailleurs peut être investir dans la nouvelle génération.

No Man’s Sky – Hello Games – PS4
Scalebound – Platinum Games – Xbox One
The Legend of Zelda – Nintendo – WiiU
StarFox – Nintendo -WiiU


1...34567...40

HARKYA TYRANID HIVE FLEET |
La légende d'Okami |
Astuces Prizee gratuit |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Tournoi de Calcul Mental
| turfprono
| dofus screen