Game Start : La Passion avant tout


[Critique] Les Pommes Miracle

lespommesmiraclegsAprès l’excellent Moi, Jardinier Citadin, Akata continue dans sa lancé sur la thématique de la culture Bio en éditant le manga Les Pommes Miracle. Vous ne resterez pas indifférent face à cette histoire vraie d’un homme prêt à tous les sacrifices pour atteindre son rêve.

L’histoire
Bien qu’il ait grandi dans une ferme, Akinori Kimura ne se prédestinait pas à devenir agriculteur. Mais suite à son mariage, il finira par reprendre l’exploitation de son beau-père. Filant alors de beaux jours à la campagne, son quotidien va pourtant être bouleversé quand il découvre, avec horreur, que son épouse est allergique aux pesticides qu’il utilise pour la culture de ses pommiers. D’abord par amour, puis par conviction, Akinori Kimura va se transformer en paysan visionnaire et changer totalement sa façon de concevoir son métier et son rapport à la nature. Pendant plus de dix ans, contre vents et marées et le scepticisme des autres producteurs, Akinori Kimura va entreprendre des recherches et des expérimentations pour pouvoir enfin cultiver des pommes… sans pesticide, d’une manière saine et naturelle !

guill_01Tout comme les hommes qui sont trop assistés dans la vie de tous les jours, la nature, à travers ces traitements phytosanitaire, ne sait plus comment se nourrir, se défendre et grandir par ses propres moyens.

PommeM1Mon avis
Akinori Kimura est un grand curieux de nature et il s’intéresse bien plus à la mécanique et aux nouvelles technologies qu’à l’agriculture. Mais alors qu’il a enfin trouvé un emploi épanouissant en ville, il est vite rappelé à l’ordre pourretourner s’occuper des terres familiales. Une fois de retour à ces racines, cela sera aussi l’occasion pour sa famille d’organiser un mariage arrangé afin que la destiné d’Akinori Kimura soit celle d’un agriculteur.

Il doit s’occuper principalement du verger de sa belle famille et on lui inculque tous les « bienfaits » des pesticides qui consistent à éliminer les maladies et les insectes. Conséquence de cela, une augmentation du rendement et l’obtention de belles pommes juteuses au calibre et à la couleur parfaite. Sa femme Mieko, l’aidera pendant plusieurs années à répandre ses pesticides jusqu’au jour où son corps ne les accepte plus. Elle tombe souvent malade pendant des semaines entière et Akinori Kimura ne peut plus supporter de la voir si mal en point. Voulant absolument comprendre comment cultiver sans produit phytosanitaire, il décide de commencer à cultiver ses champs avec des produits naturels. Si il réussit à faire pousser des légumes et du riz bio, il en est tout autre pour son verger  qui ne produit plus aucune pomme et semble mourir à petit feu depuis qu’il ne met plus d’engrais ou pesticide.

PommeM2Mais notre jeune paysan est têtu et continue de vouloir croire qu’il peut réussir à obtenir des pommes sans produits chimiques. Après de nombreuses épreuves, il va enfin trouver la solution pour cultiver de manière saine son verger. Car tout comme les hommes qui sont trop assistés dans la vie de tous les jours, la nature, à travers ces traitements phytosanitaire, ne sait plus comment se nourrir, se défendre et grandir par ses propres moyens. Akinori Kimura doit donc rééduquer la nature pour qu’elle retrouve sa force d’antan et l’envie de s’épanouir.

Au delà de ce fil conducteur, les pommes miracle traitent aussi de sujets de société. En s’entêtant de cette manière, il ruine petit à petit toutes les économies de sa famille qui compte maintenant 3 enfants et génère ainsi des conflits familiaux. La pression sociale est aussi très importante, car tous les autres agriculteurs prennent Akinori Kimura pour un illuminé et commence à le dénigrer de plus en plus et l’étiquetant comme quelqu’un de peu fréquentable. La situation économique devient de plus en plus critique, mais malgré un petit passage à vide, il garde constamment le sourire et une volonté de fer soutenu par sa famille très soudé.

PommeM3Si visuellement les dessins restent assez sommaire, la mise en scène et le récit, aux multiples rebondissements, vous happeront complètement pour vous sensibiliser sur une agriculture saine et gustativement meilleure. J’en suis d’autant plus touché car je cultive de manière bio, pas à la même échelle bien sûr, quelques légumes et fruits dans mon jardin depuis 2 ans. C’est très gratifiant de récolter ce qu’on a fait pousser et c’est clairement bien meilleur que ce qu’on trouve dans les grandes surfaces.

Cette culture bio est importante pour la génération futur qui doit prendre conscience de la dégradation des sols et des ressources en eau et qu’un jour ou l’autre il faudra retourner au champs pour ne plus manger de la merde.

Les Pommes Miracle est disponible aux Editions AKATA au prix de 7,95€


[Critique] Pourquoi je galère toujours en amour ?!

pourquoi-galereAkata a toujours su dénicher de très bon shojo et pour tous les goûts comme Fruits Basket, Nana ou plus récemment Orange. Aujourd’hui nous découvrons un one shot sur les filles qui n’arrivent pas à trouver un petit ami, à travers six histoires. Alors Mesdemoiselles, saurez-vous vous reconnaître ?

L’histoire
Trop   »bonne copine », trop sérieuse, trop fangirl, trop ordinaire… Les mecs trouvent toujours une bonne raison pour pas sortir avec une fille ! À moins que ce ne soient peut-être les filles qui, à cause de leurs complexes, ne réalisent pas que c’est dans leurs petits « défauts » que se cache tout leur charme ?! Un recueil de nouvelles romantiques à découvrir en septembre prochain, et dans lequel chaque lectrice pourrait bien se reconnaître !

 guill_01Pour être aimé, il faut être soi-même

Capture d’écran 2015-09-29 à 19.39.55Mon avis
Pourquoi je galère toujours en Amour ?!, vous propose de suivre les déboires amoureux de six jolies jeunes filles.  Vous retrouverez des sujets qui parleront à tout le monde, même aux jeunes hommes. Il y a bien évidemment la bonne copine que tous les garçons aiment bien mais envers laquelle ils n’éprouvent aucun sentiment amoureux, la fille trop parfaite que personne n’ose aborder, celle qui est trop sérieuse et qui n’intéresse personne, celle qui fantasme un peu trop des qu’un garçon la regarde, la fan girl otaku qui a peur d’assumer sa passion ou celle qui est trop ordinaire déprimant ainsi de voir un jour un garçon se retourner sur elle.

Capture d’écran 2015-09-29 à 19.45.28Même si tous ces thèmes ont déjà été éprouvés maintes fois, les jeunes filles de  maintenant se reconnaîtront très facilement dans ces portraits. Chaque histoire d’amour se termine bien, avec toujours une petite pincé de légèreté, saupoudré de fleurs bleues et une cuillères à soupe d’humour. Un mélange suffisant pour passer un moment agréable en compagnie de ces six filles. Cependant le vrai message que fait passer ce manga, c’est bien évidemment le regard et le jugement des gens qui nous entourent.  On se refuse parfois beaucoup de chose sous prétexte que nos amis, camarades ou collègues vont critiquer nos actions. Alors on refoule nos envies pour se rattacher à la pensée commune et on oubli d’être soi-même. Le titre de Kyôko Maki nous rappelle à chaque histoire que pour être aimé il faut être soi même avec ses qualités et ses défauts. Comme à son habitude, au delà du sujet  principale, Akata veut faire prendre conscience aux filles de notre époque, qu’il faut avoir confiance en soi, qu’il faut agir avec conviction pour obtenir ce que l’on désire réellement.

Pourquoi je galère toujours en Amour ?! est donc un manga sans trop prise de tête, qui plaira à beaucoup de jeunes filles qui se reconnaîtront sans problème dans chaque portrait qui reste toujours d’actualité. Même si visuellement le manga de Kyôko Maki n’a rien d’original avec des filles aux grands yeux pleins d’étoiles et des garçons qui se ressemblent un peu tous, je tiens à souligner la très bonne adaptation et traduction des éditions Akata qui nous livre encore une fois un ouvrage soigné.

Pourquoi je galère toujours en Amour  est disponible aux Editions Akata aux prix de 6,95€


[TEST] Never Alone sur WiiU

Never-Alone-header
Test réalisé pour le blog JegeekJeplay

Disponible sur l’eShop Wii U depuis le 25 juin dernier, Never Alone est le fruit d’une envie de partager la culture méconnue des Inupiats, peuple vivant en Alaska, à travers le média vidéoludique. C’est l’association de la promotion de la culture inuite, Cook Inlet Tribal Council, qui a fait appel au jeune studio néerlandais Upper One Games pour développer un jeu vidéo bâti sur une histoire et des légendes entretenues par la population Arctique depuis des millénaires.

Nina, dessine-moi un renard

Vous incarnez donc Nina, une petite fille Inupiat qui part de son village afin de comprendre pourquoi le blizzard n’arrête pas de souffler avec tant de force. Never Alone est un jeu de plateforme classique en 2D, qui mettra souvent vos réflexes à l’épreuve pour éviter de mourir frigorifié dans l’eau glacée. Lors de votre périple vous ferez la rencontre d’un renard des neiges aux pouvoirs mystérieux. Ce dernier sera jouable à tout moment sur simple pression d’une touche afin de la diriger à des endroits stratégiques.

Notre bel animal a la faculté d’invoquer les esprits de la nature qui vous viendront en aide afin que vous puissiez continuer votre aventure.Au fur et à mesure que vous traverserez les huit tableaux que vous propose le jeu, vous débloquerez des micro-documentaires sur les traditions, les mythes et le quotidien des inuites. Chaque témoignage est souvent en rapport avec les passages joués permettant ainsi d’en apprendre davantage en s’amusant. Comme pour ces esprits maléfiques verts, tout droit sortis des aurores boréales, qui ne sont autres que des enfants morts trop tôt et qui ont envie de jouer au football en coupant la tête de ceux qui s’en approche de trop près. Ces vidéos sont consultables à tout moment et complètent totalement l’expérience du joueur.

Blizzard ? Vous avez dit blizzard ?
Mais si l’aspect culturel est un réel enrichissement personnel, Never Alone n’apporte pas une expérience vidéoludique digne de ce nom. Même s’il s’agit d’un simple « plateformer » où, il suffira de sauter, courir pour ne pas se faire rattraper par un ours ou nager dans une eau à -50 degrés, la maniabilité énerve souvent. L’inertie de Nina est vraiment à mille lieux d’un Mario et il arrive de louper des sauts bêtement à cause de cela. Les environnements ne sont pas toujours très clairs et vous allez mourir plusieurs fois avant de comprendre comment évoluer d’un tableau à un autre.

De plus, quand vous dirigez la petite fille inuite, le renard est censé vous suivre automatiquement sans encombre, mais il arrive régulièrement qu’il tombe dans un ravin ou qu’il reste bloqué dans le décor sans pouvoir le faire bouger. Il faudra alors relancer votre partie, mais fort heureusement le jeu sauvegarde rapidement pour éviter de reprendre depuis le début. Pour parer à ce problème, un second joueur peut vous rejoindre dans l’aventure. Au-delà de ces petits incidents techniques, Never Alone reste un jeu envoûtant où la complémentarité entre les deux êtres est touchante et l’ambiance est très poétique voir mélancolique, notamment due au narrateur de l’histoire qui l’a raconte en Inupiat sous-titré en français. Malgré une durée de vite très courte et une replay value quasi nulle, Never Alone reste un jeu plaisant grâce à toute sa partie culturelle qui vous ouvrira peut-être de nouveaux horizons.

Image de prévisualisation YouTube

[Critique] Les Chroniques de Tindharia

Tindharia1-1_couverturegsbLes Editions Nobi Nobi, spécialisé dans les livres pour enfants, publie depuis plusieurs mois une offre manga. Entre Pan’Pan’ Panda, Megaman ZX et maintenant Les Chroniques de Tindharia , il y en a pour tous les goûts et tous les âges. Cette fois-ci, nous allons plonger dans l’héroic-fantasy en suivant les aventures de Layle.

L’histoire
Dans l’univers médiéval fantastique de Tindharia, le petit village de Rhubarb est le dernier endroit où naissent les Mesyaria, jeunes magiciennes qui tirent leur pouvoir de chansons ancestrales. Cherchant à vivre en paix, les habitants de Rhubarb se sont retranchés depuis de nombreuses années loin des guerres de territoires en jeu à la Capitale mais surtout loin des dangers des attaques de Nerls, bêtes mystiques avides de sang.

Vivant à Rhubarb depuis leur naissance, Layle, fils d’un héros mort à la guerre et Citra, apprentie Mesyaria, ne connaissent rien du monde extérieur. Pourtant suite à l’arrivée de mystérieux chevaliers noirs, une terrible tragédie vient frapper le village : le destin de nos deux enfants en est alors bouleversé à jamais, et c’est un voyage épique qui commence pour eux.

Mon avis
nobinobi-Tindharia1-1_page068
Ayumi FUJIMURA, qui a officié en tant qu’illustratrice sur le jeu video Tales of Legendia (sortie en 2006 sur PS2), nous propose dans ce premier volume de suivre la quête de Layle et Citra qui décident de quitter leur village natale pour découvrir la vérité sur le drame qui s’est produit parmi leurs proches.

Notre jeune héros est un aventurier sans peur possédant une force extraordinaire et qui est prêt à tous les sacrifices pour faire éclater la vérité. Citra est tout le contraire, peureuse et manquant de confiance, elle possède un grand pouvoir qu’elle invoque par des chansons mais avec beaucoup de difficultés Au cours de leur voyage, nos deux protagonistes vont faire de nombreuses rencontres, réaliser des quêtes pour aider des villageois le tout saupoudré d’humour typiquement nippon. La lecture est agréable, notamment grâce des dessins propres et fluides ce qui est un véritable plus pendant les scènes de combats. Le scénario de ce premier tome, sur trois, pose les bases et nous laisse avec beaucoup de questions sur la mission de ces fameux chevaliers noirs qui obéissent aux ordres de Rosa, la prêtresse au chant magique également.

nobinobi-Tindharia1-1_page094Les Chroniques de Tindharia se destine clairement au public des 10/12 ans qui souhaitent se lancer dans une première lecture manga typé heroic-fantasy. Les lecteurs chevronnés ou les joueurs de RPG seront peut être plus sur la réserve en découvrant un titre au classicisme absolu et assumé. Entre le character design assez commun, des passages déjà vu milles fois ailleurs et une histoire  qui va un peu trop vite à mon goût, il est  difficile de s’attacher aux personnages. Les tomes suivant, me contrediront peut être si le scénario s’étoffe et que les scènes d’aventure/action sont plus variées.

Les Chroniques de Tindharia reste un manga plaisant, à l’adaptation soignée, comme d’habitude avec Nobi Nobi et je le conseillerai à un public jeune, sûrement celui visé par l’éditeur. Pour les autre lisez plutôt The Arms Peddler dont le tome 7 est tout juste disponible.

Les Chroniques de Tindharia : La belle au chant dormant est disponible aux Editions Nobi Nobi au prix de 7,65€


Visite du Lego Store de Lyon

Lego Store Lyon

Il était attendu depuis de nombreuses années et il a enfin ouvert ses portes cet été. Le 17 juillet dernier au Centre Commercial de la Part Dieu à Lyon, le 5ème Lego Store de France a dévoilé ses briques.

Situe au niveau zéro juste à côté du Mc Donald, c’est 200 m2 d’émerveillement qui vous attends. Le 4 septembre, à l’occasion de la sortie des nouveaux sets Star Wars épisode VII, je me suis rendu dans la boutique pour faire des emplettes et vous faire découvrir ce bel endroit.

IMG_6846

Des que l’on franchi le seuil de l’enseigne, l’accueil est chaleureux et souriant. Puis je déambule dans le magasin à la découverte des nombreuses boîtes de Lego, le choix est immense et les prix identiques à leur site web. En plus des séries à licence comme Scoubidou, Jurassik Park ou Star Wars, vous aurez la possibilité de créer vos propres personnages Lego avec tous les éléments mis à votre disposition. Un sublime mur de briques multicolores est également disponible vous proposant de les acheter à l’unité et compléter ainsi votre collection. Le must du service client ? Il cherche à votre place les mini-figures dans les sachets surprises pour vous trouver celle qui vous manque. Chaque premier mercredi de chaque mois, un atelier Lego est organisé pour les enfants de 16h à 18h où ils pourront repartir avec leur création.

A partir de 30€ d’achats des cadeaux vous sont offerts, comme ce poster et ce polybag Ninja Go. Pensez aussi à prendre la carte VIP, elle est gratuite et vous permets d’avoir des surprises ainsi que 5€ de remise des 100€ d’achats cumulés.

Si vous êtes de passage à Lyon, que vous aimez les Lego, ou que vous souhaitez m’en offrir, faites un tour au Lego Store de la Part Dieu le paradis des grands enfants.

IMG_6857 IMG_6856 IMG_6854 IMG_6853 IMG_6847 IMG_6848 IMG_6850 IMG_6849 IMG_6845 IMG_6843 IMG_6842 IMG_6861


12345...40

HARKYA TYRANID HIVE FLEET |
La légende d'Okami |
Astuces Prizee gratuit |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Tournoi de Calcul Mental
| turfprono
| dofus screen