Game Start : La Passion avant tout


Archive de la catégorie

Liste des articles dans la catégorie PS Vita.

Mon bilan vidéoludique 2014

nintendo-artwork-54a510a60fc6d

Nous sommes déjà en 2015 et il est temps, comme tous les ans, de tirer un petit bilan de l’année 2014 sur la passion qui m’anime toujours autant : Les jeux vidéo (j’essaierai d’en faire de même pour les manga).

Si 2014 (en vérité fin 2013) a été marquée par l’arrivée de la PS4 et de la Xbox One, je n’ai toujours pas décidé de sauter dedans. Plusieurs raisons à cela, il me reste encore des tonnes de jeux à jouer sur PS3, aucun jeux ne m’a fait craquer mon PEL (qui est d’ailleurs bien vide aussi), ma connexion internet de campagnard ne semble pas du tout adapté à tous ces nombreux patchs qui viennent entacher l’envie de jouer immédiatement à un jeu. Je me réserve encore un an ou deux avant de franchir le pas, même si je suis plus attiré par la console de Microsoft.

Mais ce n’est pas pour autant que l’ennui vidéoludique m’a atteint, bien au contraire. Deux consoles ont réussi à m’amuser, à m’occuper pendant mes longs trajets en train (merci les grèves de la SNCF) la WiiU et la PSVita. Etonnant pour certains qui pense encore que ces deux machines n’ont rien à apporter, mais qui pour moi, possède l’essence même du jeu video : le plaisir de jouer. Certains jeux 2013 ce glisseront surement dans mon classement, la faute à tous ces titres qui sortent en fin d’année et d’autres sortis en 2014 auquel je jouerai en 2015 car le Père Noel vient tous juste de les sortir de sa hotte.

Ce qu’il faut en tout cas retenir, au-delà de toutes les polémiques et débats que peut entrainer ce medium, c’est que le jeu vidéo est là pour nous divertir, nous faire rêver, nous faire ressentir des émotions qu’il faut savoir partager et transmettre. Cette approche je l’ai déjà commencé avec mon fils de 6 ans avec qui, cette année, j’ai pu lui faire découvrir des nouveaux jeux auquel je jouais aussi quand j’étais plus petit. La boucle est bouclée.

 

Mon top 5 jeux vidéo 2014

danganronpa
1#DanganRonpa 1 et 2 – PSVita
Cette année le visuel novel a enfin pris ses marques en Europe grâce à deux jeux DanganRonpa. Les deux épisodes sortis sur PSVita sont tout bonnement exceptionnels (j’ai une préférence pour le deux), grâce notamment à un scénario qui sait vous prendre aux tripes et aux multiples rebondissements. Dommage que les jeux soient restés en anglais, le grand public mériterait de découvrir ces deux bombes vidéoludiques.

Mon test de Danganronpa 1
Mon test de DanganRonpa 2

ys
2#YS Memories of Celceta – PSVita
J’ai commence tout doucement à me remettre aux RPG après une longue période d’abandon. L’investissement « temps » me faisant toujours défaut, il m’était impossible de me plonger dans une grande aventure. Mais grâce à l’éloignement géographique de mon lieu de travail, j’ai pu jouer à Bravely Default sur 3DS (non terminé à ce jour certains comprendront pourquoi) et à YS Memories of Celceta. J’en ai pas parlé sur mon blog, mais c’est un très bon RPG old-school, avec des combats dynamiques, des décors vastes et variés le tout accompagnés de très bonnes musiques. Le jeu n’est pas traduit en français, uniquement en anglais, mais il serait vraiment dommage de passer à côté de ce RPG sur PSVita.

Mucho-Party-1-androappinfo
3#Mucho Party – iOS
Twitter sait combien j’aime ce jeu. Je ne loupe pas une occasion pour en faire la promotion. Mucho Party est un party game  incontournable et à jouer sur iPad de préférence. Je m’y suis énormément amusé, le jeu est accessible à tous (même mon fils de 3 ans arrive à participer aux épreuves) et c’est le jeu idéal à sortir lors des fêtes entre amis ou famille. Et en plus c’est réalisé par un studio français. Cocorico !

Mon test de Mucho Party

mk814
4#Mario Kart 8 – WiiU
Que serai une console Nintendo sans son Mario Kart ? Le cru 2014 nous revient dans une version HD totalement ébouriffante ! Visuellement c’est tout simplement magnifique, le jeu est bourré de petits détails, il possède une animation de folie et les courses proposant des passages jouant avec la gravité renouvelle la recette sans grandement l’amélioré. Mais Mario Kart 8 c’est surtout pour ces parties en ligne ou en local qu’on l’aime et on s’amuse toujours à se fracasser la gueule à coup de carapaces. Le seul bémol, le mode arène a totalement disparu pour laisser la place au mode ballon sur les circuits du jeu. Sans intérêt.

captaintoad2
5#Captain Toad – WiiU
Officiellement Captain Toad sortait le 2 janvier 2015, officieusement il était disponible dès le 19 décembre et réellement pour moi le 24 décembre. Ce jeu est une petite merveille, Nintendo nous a sorti un titre à la finition parfaite, les énigmes vous propose d’atteindre plusieurs objectifs dans des tableaux en vue isométrique que vous pouvez regarder sous toutes les coutures. Cela me fait d’ailleurs pensé à l’excellent Monument Valley avec des challenges en plus pour obtenir le 100%. Captain Toad c’est frais, tout rond, jolie, amusant et sans prise de tête. Un petit plaisir coupable qui ne pourrait se jouer que sur le Gamepad tellement il semble avoir été crée pour lui.

Ma déception 2014

Child of Light – PSVita
J’ai toujours une aversion pour les jeux en dématerialisé, même si il m’arrive d’en acheter de temps en temps. Je n’avais donc pas craquer pour Child of Light sur PS3 tout de suite et bien m’en a pris puisque une version boite était annoncé quelques mois après sur PSVita. Si visuellement le titre d’Ubisoft propose des décors magnifiques, digne d’un livre de contes de fée, le jeu en lui même ne m’a pas séduit. Entre une progression très linéaire, des combats un peu mou, j’ai traversé ses beaux tableaux sans véritable plaisir.

 

Les jeux 2013 auquel j’ai joué en 2014 (et qu’il est encore temps d’acheter)

Pikmin 3 – WiiU
C’est surement l’un des meilleurs jeux de la WiiU. Ce jeu de stratégie et d’exploration au coeur des nombreux jardins m’a totalement happé pendant plusieurs mois. L’ambiance très zen qui se dégage de Pikmin 3 est unique et je trouve dommage que ce jeu n’ai pas rencontré le succès escompté. Il y a une démo disponible sur l’eShop, essayez le ;)

The Legend of Zelda : A Link Between Worlds
J’ai beaucoup douté à son sujet avant sa sortie. Mais une fois en main, la magie de la série a opéré. En plus de son charme définitivement rétro et sa réalisation aux petits oignons, le gameplay de cet opus 3DS est tout simplement un coup de génie. Les possibilités que donnent le fait de pouvoir se mouvoir tel un dessin sur les murs sont infinis et donnent lieu à de nombreuses surprises. Sans oublier la bande son, un véritable chef-d’oeuvre.

Attack of the Friday Monster ! A Tokyo Tale – eShop 3DS
Il a été mon coup de coeur de l’année dernier pourtant il est sorti en 2013 sur l’eShop. J’ai profité d’une promotion le proposant à 3€ pour me jeter dessus et il ne m’a pas déçu. Dans une ambiance de vacances d’été dans la campagne japonaise, je me suis autant émerveillé que les enfants du jeu. Le chant des cigales, les magnifiques décors nous entraine dans une enquête imaginaire sur une invasion extra-terrestre. J’ai savouré l’aventure de bout en bout, c’est léger, on peut y collectionner des cartes et y jouer contre ses amis et on se ballade au fil des magnifiques musiques en sentant presque cette petite brise caresser notre visage en plein été.

Les jeux 2014 auquel je jouerai en 2015 (si j’ai le temps)

Bayonetta 2 – WiiU
J’ai tout simplement adoré, voir idolâtré pendant longtemps le premier sur Xbox 360 et jouer au 2 était une obligation.

Hyrule Warriors – WiiU
En plus de Bayonetta, j’avais besoin d’un défouloir dans un univers familier pour me décharger de tout mon stress de la semaine. Je pense avoir fait le bon choix.

Personna Q – 3DS
Il parait qu’il est très bon et visuellement ça a l’air sympa. Et puis ça m’occupera pendant mes trajets.

Les jeux que j’attends pour 2015
Je ne sais pas grand chose d’eux, j’ai vu quelques trailers, parfois sans gameplay, mais ils attisent ma curiosité de joueur. Il faudra d’ailleurs peut être investir dans la nouvelle génération.

No Man’s Sky – Hello Games – PS4
Scalebound – Platinum Games – Xbox One
The Legend of Zelda – Nintendo – WiiU
StarFox – Nintendo -WiiU


[TEST] DanganRonpa 2 : Goodbye Despair sur PSVita

Banniere

Danganronpa, si vous ne connaissez pas, c’est un visual novel d’exception. Je vous invite d’ailleurs grandement à jouer au premier (dont vous pouvez lire mon test) pour une meilleure compréhension de l’histoire. Contrairement à l’opus précédent qui plaçait nos personnages dans une école lugubre, ici vous allez participer à un voyage scolaire sur une île paradisiaque, Jabberwock. Votre professeur sera Monomi, une lapine qui se prend pour une fée. Malheureusement pour nos élèves, l’élement perturbateur, Monokuma fait son retour pour gâcher la fête et transformer ces vacances en cauchemar macabre.

Sea, Sex and Blood
Comme dans le premier épisode, le but de l’ourson machiavélique est de voir s’entretuer les élèves. Pour cela il promet la liberté à l’assassin, si celui-ci ne se fait pas démasquer à la suite d’un procès fort en rebondissements. Si les étudiants ne trouvent pas le tueur, ce dernier s’échappe de l’île et les autres seront sacrifier par Monokuma en personne.

vita-danganronpa-2-goodbye-despair_1409924619Le jeu se déroule toujours avec le même schéma, avec une première partie qui vous permet de vous baladez sur l’île pour explorer ses environs. Cependant, vous n’aurez pas accès à tous les ilots dès le départ, des monstres énormes crées par notre ours bloque chaque entrée et les portes ne s’ouvriront qu’au fil de l’aventure. Vous allez aussi pouvoir discuter avec tous vos camarades pour en apprendre plus sur eux et ainsi acquérir des points d’expérience pour apprendre de nouveaux « skills » pour affronter les procès dans les meilleurs conditions. D’ailleurs la galerie de personnages est plus charismatique que dans le premier je trouve, ils ont tous une personnalité bien marqué et on s’attache rapidement à certains (aaaah Chiaki Nanami) et d’autres que l’on va très vite détester (jusqu’à souhaiter qu’ils meurent rapidement).

Arrive la phase du meurtre et des investigations, une partie du jeu que j’affectionne beaucoup. Ne croyez pas que je sois un sadique ou un pervers, mais c’est à ce moment là que le jeu commence vraiment. On cherche des indices, à savoir qui aurait pu tuer de manière si atroce un des leurs et surtout comment il a pu mettre en scène ce meurtre. Comparé à son prédécesseur, Danganronpa 2 ne laisse rien échapper sur le présumé tueur. Comme je le disais dans mon test, pendant les 4 premiers chapitres il était facile de savoir qui était le meurtrier même avant d’atteindre le procès. Dans cette suite il n’en ai rien, le jugement est toujours une véritable surprise et la façon dont l’élève est assassiné est tellement ingénieux qu’on en a froid dans le dos, tout en criant au génie. Car oui des morts il va y en avoir, toutes plus atroces les unes que les autres mais chacune d’elle entrainera un final inattendu…

Tropical Dead Redemption
vita-danganronpa-2-goodbye-despair_1409924786Sans vous dévoiler chaque chapitre, sachez qu’on passera de l’horreur aux larmes. OUI j’ai versé ma larmichette dans quelques procès. La situation, le contexte, les dialogues, le passé des personnages, on ne peut pas rester insensible à cela. Tous les étudiants ont une raison d’avoir voulu tuer quelqu’un pour s’enfuir de cet enfer et le tribunal est devenu ainsi le moyen de l’exprimer à la surprise de tous. D’ailleurs, le principe des procès est toujours identique au premier opus, il faudra shooter vos comparses avec des balles portant chacune une contradiction pour faire éclater la vérité. La difficulté vient maintenant qu’on nous mets à disposition de nombreuses balles et il faudra être très vigilant dans leur utilisation. D’autres balles seront aussi là pour approuver le témoignage de l’un de vos amis, des duels aux sabres sont aussi proposés (il faudra trancher les bonnes phrases pour remporter le combat), des phases en snowboard version psychédélique sont de la partie et vous demanderont de choisir les bonnes phrases. Mais encore une fois, ces mini-jeux ne sont pas toujours très bien expliqués (pourtant le tutorial est très long) et il faudra s’y reprendre à plusieurs fois pour comprendre les mécaniques.

Danganronpa-2-Mode-island-guide-2Au final on obtient un gameplay varié, punchy et diablement efficace pour éviter que l’on s’ennui avec cette tonne de dialogues. Car oui du texte vous allez en bouffer et uniquement en anglais. Alors si vous avez préféré sécher les cours pour draguer la plus belle fille du lycée, laissé tomber Danganronpa 2 car le vocabulaire est soutenu et il y a énormément de subtilité parfois difficile à comprendre. Visuellement Danganronpa 2 est bien plus beau et travaillé que son prédécesseur, avec toujours cette 2.5D (personnage en 2D, décors en 3D) qui fonctionne mieux dans cette suite. Même si l’environnement paradisiaque donne l’impression d’un jeu moins anxiogène, ne vous fiez pas aux apparences les meurtres devenant toujours plus atroces, l’ambiance devient très vite lugubre. La durée de vie est toujours aussi conséquente, j’ai passé quasiment 40H dessus sans compter le mini-jeu et les bonus (oui j’ai pris mon temps).

Vous l’aurez compris, si vous avez aimé Danganronpa premier du nom vous serez aux anges avec le 2ème. Avec ces personnages haut en couleur, un Monokuma plus perfide que jamais et un scénario aux petits oignons, vous ne pouvez pas passer à côté de ce jeu. Il est vraiment dommage que le jeu soit uniquement en anglais (les voix japonaises sont toujours disponibles), car il mériterait vraiment une traduction pour montrer à tous qu’on peut être tenu en haleine pendant plusieurs heures pour découvrir un final explosif que l’on aura jamais imaginé.


[ACTU] tri-Ace dévoile Judas Code sur PSVita

Le magazine Famitsu dévoile le développement par tri-Ace d’un free-to-play pour la PS Vita (avec élément de micro-transactions) intitulé Judas Code.

Le jeu, qui sortira cet été au Japon, se déroule pendant la troisième guerre mondiale, durant laquelle un mystérieux pilier venant de l’espace connu sous le nom de « Longinus » érode la planète. Ce RPG raconte la lutte pour une nouvelle humanité dans un monde où tout est détruit. L’histoire progresse avec diverses missions obtenues dans la ville. Les récompenses gagnées pendant celles-ci peuvent être utilisées pour obtenir des cartes à la loterie Gacha, que les joueurs peuvent utiliser pour mettre en place une plate-forme et renforcer leurs unités.

Malgré le système de micro-paiement j’espère qu’une sortie en Europe sera possible, car tri-Ace est toujours un gage de qualité (hormis Star Ocean 4 nous sommes d’accord).

Judas-Code_Fami-shot_07-16-14_002 Judas-Code_Fami-shot_07-16-14_001-600x339 Judas-Code_Fami-shot_07-16-14_004

Retrouvez d’autres news et tests sur le site Webotaku

 

 


[TEST] DanganRonpa : Trigger Happy Havoc – PSVita

29807-dangan

Avec l’arrivée de Danganronpa 2: Goodbye Despair cet automne sur PSVita, il était temps de vous donner mes impressions sur le premier épisode. Le visual novel est un genre peu répandu en Europe, mais pourtant beaucoup de joueurs en ont déjà touché un : Phoenix Wright.DanganRonpa fait partie de cette catégorie, même si le jeu de Spike ChunSoft tire davantage vers l’anime japonais totalement barré. Le jeu est déjà sorti au Japon en 2010 sur PSP, et ce portage sur PS Vita est enfin arrivé en France en février. Il a même le droit à une disponibilité en boite et pas uniquement en téléchargement.

La fabrique à Serial Killer

dangonronpa-dec-5th-8-600x340Je vous rassure, vous pouvez lire ce paragraphe sans vous faire spoiler. Loin de moi l’envie de vous révéler toute l’histoire (d’ailleurs un test ne suffirait pas), mais je vais tout simplement vous expliquer comment les choses ont commencé. Le joueur incarne l’étudiant Makoto Naegi, dont le « don » est d’être le plus chanceux du monde, et il va lui en falloir de la chance pour ne pas finir en  rembourrage pour peluche. Au total, ils seront 15 à entrer dans la prestigieuse Hope Academy, où ils ne pourront plus en sortir à moins de tuer l’un de leur camarade. C’est MonoKuma, l’ourson en peluche déjanté à l’humour caustique, qui dirige d’une main de fer cette école et il incitera chacun des élèves par des moyens toujours très sadiques à s’entre-tuer. Cependant, si l’un d’eux réussit cet exploit sans se faire prendre (lors du procès qui doit designer un coupable), il pourra sortir vivant de cet enfer. Le plan machiavélique de notre ours est en marche…

La chasse est ouverte

Danganronpa-Trigger-Happy-Havoc-PS-Vita-Oct-Media-Announcement-Screenshot-1Chaque chapitre est découpé de la même manière. Au début vous participez à la vie scolaire imposé par MonoKuma, ce qui va vous permettre de connaître les moindres petits recoins de l’école et faire connaissance avec vos camarades de jeu. C’est aussi pendant ces moments - où vous discutez avec eux – que vous pourrez en découvrir plus sur leur personnalité, leur offrir des cadeaux et ainsi obtenir des bonus. Puis arrive le meurtre ; tout le monde s’affole, s’accuse, et c’est à vous de mener l’enquête pour récupérer le plus de preuves à la manière d’un Ace Attorney. Il faudra scruter le moindre recoin car tant que vous n’aurez pas rassemblé l’ensemble des indices, vous ne passerez pas à l’étape suivante.

Cette dernière, c’est le procès. Mais ici rien à avoir avec notre célèbre avocat Phoenix Wright. Chacun va devoir prouver son innocence à travers plusieurs débats où chaque personnage va émettre des hypothèses sur le meurtrier. A vous alors de briser leurs arguments pour faire éclater la vérité grâce aux indices récoltés. Mais il peut arriver que vous soyez à court d’argumentation pour justifier une preuve en votre possession. Dans ce cas là, il faudra vous approprier une phrase lors d’un témoignage afin de la relancer sur un autre personnage et ainsi démontrer qui est le tueur. Mais ce n’est pas tout, car les procès sont longs et parfois épuisants. Certains lycéens ne voudront pas admettre que vous avez raison ; alors s’engage un bras de fer sous forme de Rythm Game où il faudra bien être en rythme dans l’espoir d’en venir à bout. Génial !

Une fois le coupable identifié, la partie n’est pas encore terminée. On vous demandera de compléter plusieurs pages d’un manga retraçant le déroulement du meurtre. Tout cela pour vérifier si vous avez réellement compris comment se sont déroulés les événements et enfin mettre à nu le tueur afin que ce dernier puisse obtenir sa sentence. Ces différentes phases de gameplay ne sont pas toujours très claires à utiliser (malgré un didacticiel), mais une fois la technique comprise tout s’enchaine très facilement.

Un scénario Puh ! Puh ! Puh ! Puh !

DanganRonpa_5Comme vous avez pu le lire précédemment, Danganronpa propose un gameplay très varié lors des procès. Pour le reste, tout est assez classique et reprend totalement les codes des Visuals Novels. Il y a énormément de dialogues, peut être trop parfois, mais on peut zapper certains passages, notamment ceux un peu soporifiques, en allant faire une sieste dans notre chambre. Toutefois il faut posséder un bon niveau d’anglais pour comprendre toutes les subtilités des textes. Le scénario, même si il est bien mené, reste très classique, voire linéaire, lors des quatre premiers chapitres et traine parfois en longueur. Sans même arriver au procès, on peut connaître très facilement qui est l’assassin grâce aux indices et aux conversations. Heureusement, cela se complique avec les deux derniers où l’on a droit à une bonne dose de twists et de fausses pistes. Sans rien vous révéler, le dénouement s’avère tout juste exceptionnel et la tension demeure très forte.

Visuellement, le jeu propose un character design vraiment unique pour une galerie de personnages hors du commun (même si le héros, Makoto Naegi, reste assez basique). Pour être plus interactif qu’un Visual Novel classique, Danganronpa offre un mode de déplacement à la première personne dans des décors en 2.5D. En somme, les lycéens sont animés, mais en 2D dans des décors qui s’ouvrent comme dans un livre en 3D. On apprécie ou pas, mais cela a le mérite d’être original, tout comme l’ambiance Pop/Flashy que dégage le jeu. Si vous accrochez à tout cela, vous vous engagez à jouer pendant au moins 25H pour obtenir le dénouement final ; une bonne durée de vie pour un jeu que l’on peut encore trouver à 19,99€ en neuf.

 

Le Visual Novel est un genre peu répandu en Europe et il trouve son ambassadeur avec Danganronpa. On regrette qu’il ne soit pas traduit en français pour qu’il puisse toucher le grand public, car beaucoup seront rebutés par les longs dialogues en anglais. Néanmoins, si vous êtes à l’aise avec la langue de Shakespeare et que vous adorez les doublages japonais, vous passerez un grand moment dans ce jeu de massacre en compagnie de ces lycéens et de l’excellent MonoKuma. Et je suis certain que si vous avez été pris au jeu, vous attendrez la suite avec une impatience certaine.


[TEST] Hyperdimension Neptunia : Producing Perfection PSVita

   hyperdimension-neptunia-producing-perfection-cover

Que ce cache-t-il derrière le jeu, Hyperdimension Neptunia : Producing Perfection, mis à part un titre à rallonge. Tout simplement un jeu de drague saupoudré d’une gestion de carrière d’Idol. Ce genre de jeu est très rare dans nos contrées et il se paie le luxe d’être disponible en version physique. Mais devez-vous vraiment passer à  la caisse  ?

Dating Sim pour enfant
2014-06-01-225516Vous jouerez le rôle d’un manager « humain » qui débarque dans le monde des CPU pour faire de Neptune, Noir, Blanc et Vert (l’amour de la France chez les japonais n’a pas de limite) de véritables stars. Mais le réel objectif est surtout de détrôner le groupe des MOB-48, qui attire toute l’attention de la population qui ne croient plus aux déesses des jeux vidéo, et leur fait perdre ainsi leurs pouvoirs. A vous de mettre toutes les chances de votre côté en prenant en charge comme il se doit votre protégée pour obtenir satisfaction et plus si affinité…

Dès le démarrage du jeu, on tombe très vite sous le charme de nos quatre hôtesses. Visuellement le jeu est très beau, même si nous n’avons à faire qu’à des artworks animés, l’habillage du jeu, un peu racoleur, vient titiller la fibre de l’otaku qui sera sous le charme des voix japonaises incluses dans le jeu. Tout est là pour nous captiver, mais quand il s’agit de gameplay c’est une autre histoire. Dans Hyperdimension Neptunia PP aucune interaction n’est possible avec les jeunes femmes, tout passe par des menus dans lesquels il faudra choisir ces activités (chant, danse, repos, promotion TV/Radio). A chaque jour son apprentissage et vous n’aurez que 180 jours pour être première des charts, cependant en 90 jours le tout sera bâclé. Le jeu est très facile, aucun obstacle ne vient ralentir votre progression et vous pourrez suivre les progrès de votre chanteuse d’un oeil pendant que l’autre dormira. Car oui on s’ennuie très vite, on choisis des activités, on lis quelques textes (en anglais), pas très drôle mais souvent bourrés de clin d’oeil aux joueurs, on drague, 30 secondes, pendant les séances de repos illustrées par des images fixes même pas coquine. Et même si le décolleté de Vert est toujours aussi alléchant, vous n’y glisserez jamais la langue (vous voila prévenu).

Idol Raising au rabais
14351194653_9fb5ce4626_nLa seconde partie, qui aurait pu sauver encore le jeu, c’est l’organisation des concerts. Au cours de l’apprentissage, votre déesse sera enfin prête pour se trémousser le popotin et faire rebondir ses seins sur le Dancefloor. Là encore tout est très « limité », vous ne dirigerez pas votre Idol comme dans un rythm game, mais uniquement la caméra dans un environnement en 3D. Avant cela, vous pourrez choisir la région où vous produire, votre costume (entièrement personnalisable) puis c’est à vous de filmer le concert. Vous devrez choisir les meilleurs angles de vue, grâce à votre pouvoir de la «perversitude», tout en jouant avec les jeux de lumières et autres effets pyrotechniques. Rien d’extraordinaire, puisque l’ensemble reste d’un ennui incommensurable car même en faisant un peu n’importe quoi vous arriverez tout de même à agrandir votre base de fans. En plus de cela, il faudra se taper des chansons digne de la meilleure soupe JPop et en lisant ce test vous aurez économisé 30€.

Hyperdimension Neptunia : Producing Perfection n’est certainement pas le jeu auquel je m’attendais. Ici pas de gestion poussé, pas d’interaction pendant les concerts et pas de scènes coquines. J’ai trouvé  à la place un jeu de drague minimaliste, à l’habillage flatteur mais qui ne suffit pas à relever le niveau d’ennui dans lequel il m’a enfoncé. Si vous êtes vraiment curieux et friands de ce type de production nippones vous foncerez les yeux fermés mais vous regretterez surement votre achat. Pour tous les autres passez tout simplement votre chemin et attendez Dangaronpa 2.


123

HARKYA TYRANID HIVE FLEET |
La légende d'Okami |
Astuces Prizee gratuit |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Tournoi de Calcul Mental
| turfprono
| dofus screen