Game Start : La Passion avant tout


Archive de la catégorie

Liste des articles dans la catégorie Jeux Video.

Yokai Watch à la conquête du monde

Yokai3DS

Véritable phénomène depuis 2013 auprès des enfants nippons, Yo-kai Watch s’apprête à arriver en Europe et cela démarre dès ce mois-ci. La série TV animé débarque en exclusivité sur la chaîne Boing le 11 avril (Satellite et cable), puis le 29 août sur Gulli. Hasbro, qui considère cette licence aussi importante que Beyblade, lancera dès cet été les jouets avec la fameuse montre qui repère les Yōkai. Pour l’accompagner, 200 médaillons à collectionner, vendus 5€ les trois (le troisième mondiale du jouet espère en vendre 10 millions cette année) des peluches, des figurines seront aussi de la partie. Le manga Yo-kai Watch arrivera aussi en 2016 chez l’éditeur Kazé mais sans aucune date précise. Quand au jeu video il débarquera le 29 avril prochain sur Nintendo 3DS.

À cette occasion, je vais vous parler de mes premières impressions sur la démo disponible dans l’eShop depuis le 4 mars et analyser si cette licence cross-média sera faire aussi bien que le géant Pokemon qui fête ses 20 ans.

Papa c’est quoi des Youcailles ?
yokaiCommençons en vous expliquant, pour ceux qui ne le savent pas, ce qu’est un Yōkai. Littéralement on pourrait le traduire par Monstre ou démon Étrange, il s’agit en faite de créatures mythologiques du folklore japonais. Leur rôle est d’effrayer les humains, de les tourmenter ou de leur jouer des mauvais tours. Les japonais parlent souvent des Yōkai pour désigner un phénomène surnaturel et inexpliqué. Si vous souhaitez en apprendre plus sur ce sujet, je vous invite à lire Yokai – Dictionnaire des monstres japonais chez Pika ainsi que les excellents manga NonNonBa et Kitaro le repoussant du défunt Mizuki Shigeru aux Éditions Cornelius ou bien encore Mokke toujours chez Pika.

La démo de Yo-kai Watch sur 3DS vous met très rapidement dans le vif du sujet et vous explique à travers un cours extrait de l’animé le début de l’histoire. Pour résumer, vous dirigez Nathan (Keita Amano en japonais), qui un jour découvre Whisper dans une machine à Gashapons au beau milieu d’une forêt lors d’une chasse aux insectes. Celui ci devient votre ami et vous offre la fameuse Yōkai Watch pour que vous puissiez voir et devenir ami avec d’autres créatures.

samouraijpgLe point de départ de cette aventure c’est votre maison où vous êtes accompagné de Whisper que vous êtes seul à voir. En sortant, une jeune fille vous interpelle pour vous demander de retrouver trois Yōkai qui ennuis plusieurs personnes. L’un d’eux empêche un homme d’aller travailler en le rendant fainéant, un autre donnera toujours envie de manger à une petite fille et un troisième sera sans arrêt pessimiste. Il vous appartient de retrouver ces Yōkai grâce à votre montre qui vous donnera des indications sur leur localisation, leur niveau et vous pourrez ensuite utiliser votre loupe pour les retrouver. Une fois que vous aurez découvert votre monstre le combat s’enclenche.

guill_01 Ce que j’aime le plus c’est les combats avec les Yokai, ils sont vraiment super. Par contre j’aime pas chercher avec la loupe parce que c’est trop long, les Pokémon ont a pas besoin de faire ça pour les trouver
 Sacha 7 ans

FullSizeRender-3Nombreux sont ceux qui vont être déroutés, car le système est pour le moins particulier. Les combats sont toujours trois contre trois, sauf quand vous affronter un boss. Dans votre montre vous pourrez avoir jusqu’à 6 Yōkai et cela sera à vous de les gérer pendant le combat en faisant tourner votre médaillon sur l’écran tactile. Tous vos Yōkai sont en mode semi-automatique et frappent avec leurs attaques de base les ennemis sans que vous interveniez. Vous agirez uniquement sur leurs coups spéciaux, l’Ameultime ou leur purification (pour les soigner, enlever un envoûtement) par le biais d’action sur l’écran tactile.

kapaDessins, éclatement de bulles ou tourbillons votre stylet va chauffer et cela se révèle plutôt bon une fois habitué. Vous pourrez aussi épingler une créature et ainsi concentrer vos attaques sur elle. Lorsque vous remporter le combat, un Yōkai pourra venir vers vous afin de vous demander si vous pouvez être son ami. Vous pourrez accepter comme refuser, mais c’est de cette manière, et sous certaine condition, que vous pourrez collectionner tous ces petits démons. Mais la démo ne nous permet pas d’accéder au menu pour regarder les statistiques de nos Yōkai, car malgré ce que certains disent, il y a une réelle dimension stratégique avec plusieurs classes qui sont d’ailleurs très bien expliqué sur le site de gamefaqs.

FullSizeRenderAu delà de la mission principal, vous pourrez aussi vous amusez à retrouver toutes les boîtes cachées dans les alentours, pêcher, attraper des insectes, trouver des Yōkai ainsi qu’un boss caché assez fort. Je vous invite d’ailleurs à faire de nombreux combats pour augmenter votre niveau afin de pouvoir le vaincre. Si on peut terminer la démo en 20mn, j’y aurai passé un peu plus de 3H à flâner dans ce petit quartier. La réalisation de Yo-kai Watch est d’ailleurs superbe, le jeu est beau, très propre visuellement, les combats sont très dynamiques et donne vraiment l’impression de regarder un animé. Le jeu est entièrement en français (doublage réussi, monnaie en euros) et les jeux de mot pour les noms de certains Yokai sont bien trouvés. J’ai donc passé un bon moment avec cette démo, les joueurs habitués aux RPG y verront peut être un jeu trop simple et peu profond, néanmoins Yo-kai Watch reste un titre accessible, léger et pas prise de tête ce qui convient très bien à mon fils de 7 ans et à moi même. Je l’ai en toute logique precommandé sur le site de la FNAC pour 29.90€, à ce prix ça serai dommage de passer à côté.

Yo-kai Watch c’est plus fort que toi ?
FullSizeRender-8Comme je vous le disait en introduction, le phénomène Yo-kai Watch est déjà en marche depuis 2013 au Japon. La série TV animé a été un vrai déclencheur sur les ventes de jeux video dont le premier épisode ne s’était vendu qu’à 50.000 exemplaires au lancement pour finir sa course à quasiment 1.3 millions. Comme à son accoutumé, Level 5 pompe jusqu’à la moelle le filon et vends sa licence à tout va en sortant rapidement des produits dérivés comme la fameuse montre et ses médaillons que s’arrachent les écoliers japonais. Mais c’est surtout Yo-kai Watch 2 sorti en juillet 2014, décliné en deux jeux Honke / Gansô qui fera exploser le titre sur l’archipel en se vendant à 1 millions 300 unités pour le premier week-end de sa sortie puis finira à plus de 3 millions d’exemplaires à ce jour. Ne perdant pas le nord, Level 5 sort en fin d’année 2014 un nouveau titre sous le nom de Yo-kai Watch 2 : Shin Uchi puis un spin-off en 2015 Yo-kai Watch Buster qui dépassèrent tous les deux largement les 2 millions écoulés. La folie Yo-kai Watch s’est définitivement emparée du Japon et on verra si le 3ème épisode prévu cette année sera toujours un succès..

FullSizeRender-10Sorti le 6 novembre 2015 aux Etats-Unis, le constat pour le premier volet sur 3DS est plus mitigé. Malgré une campagne marketing agressive, la diffusion de l’animé quelques semaines avant, un affichage sur Time Square, Yo-kai Watch ne s’écoule qu’à 71.000 exemplaires sur le mois de novembre. C’est très peu quand on sait que le jeu est sorti juste avant Thanksgiving et le Black Friday. À la fin de l’année 2015 c’est un total de 195.000 unités qui se sont vendus depuis sa sortie. Malgré les produits dérivés, la sortie d’un Pack 2DS comprenant le jeu à petit prix, la mayonnaise ne semble pas prendre. Peut être parce qu’on veut imposer cette licence à coup de rouleaux compresseur et non par le bouche à oreille…

YokaiJouet001En France, où le jeu arrive dans un mois, on continue de comparer Yo-kai Watch à Pokemon. Pourtant, si le principe de jeu se ressemble les deux univers sont pourtant bien différents. Pokemon et ses monstres sont bien plus universel que les Yōkai tout droit sortis des légendes qui baignent le pays du soleil levant. Cette différence culturelle sera peut être un frein à la vente comme cela semble être le cas aux Etats-Unis. De plus, pour le moment il n’y a que le jeu qui sera disponible, la série animé ne sera lancé que sur une chaine payante et les jouets n’arrivent que cet été distribués par Hasbro (en même temps que la diffusion sur Gulli). Pourtant Yo-kai Watch a tout pour plaire, un univers bien à lui, des créatures attachantes et marrantes, un système de jeu simple mais efficace, une réalisation soignée et un capital sympathie à revendre. Pour rappel, le jeu Inazuma Eleven, de Level 5 avait a mis du temps à se vendre et quand la série animé arriva sur Gulli se fut un vrai raz de marée. N’hésitez pas dans un premier temps à jouer à la démo pour vous faire un premier avis et à lui laisser sa chance et commencer à en parler.


[TEST] The Legend of Legacy sur 3DS

The-Legend-of-Legacy-characters

2016 sera peut être la dernière grosse année pour la 3DS. Nintendo a en effet décidé de sortir de nombreux bons jeux sur sa portable et c’est surtout les RPG qui vont se tailler la part belle du gâteau. Entre les Dragon Quest VII et VIII, Bravely Second, et autre Etrian Odyssey, il y en a un autre qui a su me faire jouer de nombreuses heures. The Legend of Legacy est un RPG pas vraiment comme les autres et le concept du jeu risque de ne pas plaire à tout le monde.

Avide de rêve, d’aventure et d’espace
tumblr_npsjfvqq8C1qzp9weo7_400Dès le lancement du jeu vous devez choisir votre personnage parmi 7 héros, chacun a sa propre destiné et son objectif. On vous colle deux autres aventuriers dans les pattes pour vous aider (que vous pourrez changer quand vous le souhaitez) et le roi du village d’Initium vous ordonne d’explorer les alentours. Explorer, c’est bien le maître mot de The Legend of Legacy, car il n’y a pas vraiment d’histoire, et d’ailleurs on s’en moque pas mal à vrai dire. Le jeu vous propose surtout de deffricher des zones encore secrètes peu connu des otoctones pour les sécuriser et découvrir de nombreux trésors. Initium sera votre point de repère sur la carte, puisqu’il s’agit du seul village où vous pourrez trouver une auberge pour reprendre des forces et sauvegarder, un marchant très radin tellement il a peu de choses à vendre et une échoppe pour écouter les derniers ragots du moment.

Une fois votre équipe prête, il est temps de se lancer dans l’aventure. Sur la carte, vous choisissez le lieu à explorer, tout en sachant qu’il vous appartiendra d’en découvrir par vous même ou plus facilement en achetant des cartes chez le marchand. Votre but est simple, cartographier les lieux diviser en plusieurs parties en les parcourant de fond en comble. Vous pourrez ensuite à tout moment décider de revendre ces informations, contre de la monnaie sonnante et trébuchante. Je vous conseille d’ailleurs vivement de compléter vos cartes à 100% pour trois raisons : Premièrement vous n’aurez l’occasion de revendre le précieux parchemin qu’une fois, deuxièmement cela vous rapportera bien plus d’argent (en plus des objets rares que vous aurez trouvé) et troisièmement vous aurez grand besoin d’avoir du liquide car ce ne sont pas les monstres que vous croiserez qui vont vous en lâcher des masses. Tout repose sur l’exploration et The Legend of Legacy est très clair dès le début de l’aventure, vous allez en bavez !

Tu parcours la Terre, le Ciel, cherches ton chemin, c’est ta vie, ton destin
original
Je préfère être transparent avec vous, The Legend of Legacy ne vous fera pas de cadeaux et il va falloir s’accrocher dès vos premières heures d’explorations car les ennemis rencontrés vont vous terrasser plus d’une fois sans que vous n’y soyez préparé parfois. Contrairement à la majorité des RPG, le jeu ne propose pas de points d’expérience à gagner pour faire évoluer chaque personnage. Les combats vous permettront bien évidement de faire augmenter vos points de vie, magie et armements mais l’ensemble reste très aléatoires. Il m’est arrivé régulièrement d’enchaîner les ennemis, dont on ne connait même pas le nombre de points de vie, pour améliorer la force de mes attaques sans succès et ainsi me faire laminer d’un coup car je tombe sur un groupe de monstres bien plus fort. Je me relance dans l’aventure avec un nouveau combat et là je gagne des nouvelles aptitudes ou augmente mes points de vie.

C’est très déstabilisant quand on ne joue qu’à des RPG classiques, car si lors d’un combat vous n’obtenez pas des nouvelles compétences et que vous perdez vous recommencerez à votre dernier point de sauvegarde sans les avoir acquis. D’ailleurs petite parenthèse, je vous invite à abuser de la sauvegarde rapide (en appuyant sur R+X) pour éviter toute désillusion lors d’un Game Over. Après lors de vos joutes vous aurez également deux possibilités pour vous en sortir, mettre les éléments (Eau, Air et Feu) de votre côté en les invoquant pour utiliser des pouvoirs magiques associés et frapper plus fort  (les monstres aussi pourront utiliser cette méthode avec les ténèbres) ou fuir. Sachant que la fuite est à chaque fois réussie mais qu’elle vous ramènera au début du niveau même si vous étiez arrivés au dernier morceau de la carte à explorer. Autre particularité qu’il faudra bien gérer et qui risque de vous faire arracher les cheveux en début de partie c’est la perte de point de vie pendant votre périple. Je m’explique, lorsqu’un de vos explorateurs se fait tuer, vous avez la possibilité en lui redonnant de la vie, de le ressusciter. La contre partie c’est que le maximum de vos HP sont réduits et pour en récupérer la totalité il faudra retourner à l’auberge faire un gros roupillon.

213751_screenshot_04_lSi certains risquent de lâcher le jeu en route à cause de sa difficulté aléatoire et son gameplay plutôt retors, de mon côté j’ai tenu bon. J’ai été tout simplement hypnotisé par les mécanismes du jeu. Ici le scénario est secondaire et j’ai pris du plaisir à explorer les zones pour obtenir des cartes complètes, obtenir de nouveaux pouvoirs et vaincre certains ennemis puissants devient parfois jouissifs. Je ne peux que vous conseiller, si vous vous jeter dans l’aventure, de bien choisir votre équipe de base et de ne plus en changer avant la fin. La difficulté  étant parfois très élevée, utiliser un explorateur qui démarre de zéro se révélera particulièrement inefficace. Graphiquement le jeu est vraiment agréable avec sa réalisation propre et ses décors colorés qui apparaissent et disparaissent façon pop-up, même si le concept pourra, encore une fois en rebuter plus d’un. Les musiques mettront tout le monde d’accord, certains thèmes sont envoûtants et dans l’ensemble l’OST est une véritable réussite qui accompagne à merveille votre aventure.

Ton destin est sans pareil, l’aventure t’appelles
the_legend_of_legacy_3DS_3
Alors oui, The Legend of Legacy est un jeu qui ne se laisse pas aborder facilement. Il faut prendre son temps, savoir être un bon stratège pendant les combats, être un peu masochiste aussi, persévérer pour qu’une fois vos personnages bien entraînés vous puissiez prendre énormément de plaisir comme j’ai pu en avoir. La relation avec The Legend of Legacy c’est un peu l’amour vache ou bien encore je t’aime moi non plus. Mais purée qu’est-ce que j’ai aimé détester ce jeu sur lequel je vais régulièrement revenir pour terminer les 7 destinées.  Il y a toujours des endroits à découvrir, des monstres à tuer, des ennemis qu’on essai à nouveau de battre une fois devenu plus fort, des nouvelles armes et bien plus encore.

Alors oui beaucoup n’aimeront pas, car nous sommes bien loin des RPG à la routine classique et aux combats au tour par tour réglés comme du papier à musique. Ici c’est l’exploration qui est à l’honneur , avec des combats obligatoires pour pouvoir avancer. Cependant, je vous conseille au moins de tester la démo sur l’eShop qui vous propose 4h de jeu et d’y jouer par petite session pour dompter la bête et ainsi l’apprivoiser.

Image de prévisualisation YouTube

[RETRO] Dead or Alive Xtreme Beach Volley sur Xbox

DOAX3-61

Si il y a bien un jeu qui risque de faire polémique ces prochains mois, auprès de la gente féminine en tout cas, c’est Dead or Alive Xtreme 3. Le Beach Volley n’est même plus une excuse pour s’extasier devant ses beautés modélisées par le Soft Engine 2,0 de la Team Ninja. La dernière vidéo en date lors du Taipei Game Show qui nous montre le mode ShowCase prouve bien que tout est fait pour que les hommes bavent sur leur manette. C’est surement pour cette raison que le jeu ne sortira peut-être pas en occident, le contenu est tellement explicite que même le Community Manager avait déclaré :

guill_01Êtes-vous au courant des problèmes qui touchent l’industrie du jeu vidéo en ce qui concerne la façon de traiter les femmes ? Nous ne voulons pas parler de ces choses ici. Mais cette décision a assurément été mûrie durant ces deux dernières années. Merci ! »

Je rassure tout de même les (a)mateurs, vous pourrez toujours vous jeter sur la version ASIA qui sera region-free et avec des sous-titres en anglais. D’ailleurs a l’occasion de la sortie de Dead or Alive Xtreme 3 sur PlayStation 4 et PSVita prévu pour le 24 mars prochain, je me suis dit que vous aimeriez avoir un avis sur le premier opus. Sortie le 28 mars 2003 en Europe sur Xbox première du nom, la Team Ninja profitait de l’aura de son jeu de baston, Dead or Alive, pour sortir un spin-off, exclusivement basé sur les filles de la série. Microsoft souhaitait également un jeu pour attirer d’avantage le public nippon, friand de ce genre de jeu, afin de pouvoir vendre sa console sur l’Archipel. Alors vrai jeu ou fausse bonne idée ? A lire dans la suite de l’article…

Image de prévisualisation YouTube
lire la suite »


Mon Bilan Vidéoludique 2015

NNID2016_??_??????_PC_2_1222

Nous sommes, enfin diront certains, passés en 2016 et je vous souhaite à cette occasion tous mes voeux de bonheur et de santé pour cette nouvelle année. Difficile de toujours mettre le blog à jour, mais j’essai de m’y tenir malgré peu d’articles publiés cette année. Mais promis en 2016 cela va changer, avec je pense, pas mal de test rétro parfois en rapport avec l’actualité du moment.

Comme tous les ans je vais revenir sur mes coups de coeur  de l’année aussi bien sur les jeux et les manga qui m’ont marqué. Malgré des jeux qui m’attiraient énormément ainsi qu’une baisse de prix, je n’ai pas craqué sur une PlayStation 4 en 2015. Premièrement je n’ai pas le budget et deuxièmement le manque de temps est de plus en plus important pour moi et je privilégie ainsi une seule console de salon et une console portable. Ne vous étonnez donc pas si ma sélection est uniquement basé sur les machines de Nintendo.

Mon Top 5 jeux vidéo 2015

Capture d’écran 2016-01-01 à 19.21.33

#1 Splatoon
Si il y a eu peu de sortie cette année sur WiiU, il ne fallait surtout pas louper, pour moi, le jeu de l’année alias Splatoon. Ce FPS multi décliné à la sauce Paintball a été une réel vent de fraîcheur parmi toutes les sorties jeux vidéo toutes consoles confondues. Après plusieurs mois, Splatoon possède une communauté active et fidèle grâce aux mises à jour régulière et gratuite que nous propose Nintendo. Grâce à son côté visuelle, son gameplay précis et son univers déjanté (on contrôle des calamars quand même) la nouvelle licence de Nintendo est un véritable carton. Pourquoi ? Tout simplement parce qu’on s’y amuse énormément malgré l’absence d’un chat vocale qui aurait été un vrai plus pour monter ces stratégies. Malgré un petit relâchement de ma part ces derniers mois car j’ai commencé Xenoblade, Splatoon est une valeur sûre que l’on retrouvera bientôt sur une autre machine à mon avis…

xb-illust-main

#2 Xenoblade Chronicles
Cette année Nintendo a sorti un nouveau modèle de sa 3DS, baptisé tout simplement New 3DS. Meilleur ergonomie, écran plus grand, effet 3D enfin stable et un hardware plus puissant. Ce qui a permit de réaliser un portage de Xenoblade disponible auparavant sur Wii. Je n’avais pas pu y jouer sur console de salon car je l’avais revendu et au vue de mes nombreux trajets en train disposer de ce RPG dans la poche était une véritable aubaine. Alors oui visuellement ça pique les yeux à cause d’un aliasing trop prononcé, cependant le jeu reste encore une sacrée prouesse technique pour une console portable. La distance d’affichage est fabuleuse, tout comme les décors qui sont splendides et le charisme des personnages à fini de m’achever. L’aventure est excellente, malgré un début un peu difficile tant il y a d’informations à ingurgiter (système de combat, relation sociale, évolution). Si vous n’avez jamais joué à ce monument du RPG c’est le moment où jamais puisqu’il est même disponible en téléchargement sur WiiU dans sa version Wii. Vous n’avez donc plus aucune excuse.

x360-9Sc

3#Runbow
Les jeux multijoueurs avec le mode « tous dans mon salon » se font de plus en plus rare. Alors quand il y en a un qui se présente, inutile de vous dire qu’on se jette dessus. Runbow est tout simplement un vrai réussite dans son domaine et se paie en plus le luxe d’être original et complet. On s’amuse, on se tape, on se pousse, on s’insulte comme tout bon jeu qui se respecte où le seul objectif est de finir premier. Uniquement disponible sur l’eShop, je vous invite à lire mon test sur le blog JeGeekJeplay.

persona_q_wallpaper_by_shadow_heartless-d8lmxx1

#4 Persona Q
Voici un jeu auquel je n’aurai peut être jamais prêté attention si je n’écoutais pas régulièrement les podcasts d’HBGD (je vous invite à vous abonner, ils sont géniaux). Persona Q est un Dungeon-RPG où vous retrouverez les personnages de jeux Persona 3 et 4 en version SD et où vous allez devoir parcourir plusieurs labyrinthes pour pouvoir vous échapper du monde parallèle dans lequel vous êtes prisonnier. Le jeu est tout simplement addictif, avec sa galerie de personnages attachants, ses dialogues (en anglais) très drôles et bourrés de références pour les fans ainsi qu’un gamplay au poil (de Q ?) où vous devrez vous même cartographier les labyrinthes pour ne pas vous perdre. J’ai vraiment passé d’excellentes heures de jeu sur Persona Q qui est un véritable tremplin pour accéder à d’autres jeux du même genre.

629083
#5 Shovel Knight

Disponible sur PC, PS4, XboneOne, WiiU et 3DS c’est sur cette dernière version que j’ai porté mon dévolue. Sortie depuis plusieurs mois sur l’eShop de Nintendo, j’ai attendu la version boite pour craquer sur ce jeu dont tout le monde vantaient les mérites. Je vous confirme qu’il s’agit d’un excellent titre, avec sa patte graphique 8 bits, son gameplay inventif et aux petits oignons, ses musiques d’anthologie, Shovel Knight a tout d’un titre réalisé par Nintendo. Pourtant c’est Yacht Club Games qui est au commande de ce jeu qui est bien plus qu’un simple hommage fainéant aux jeux rétro.

Les jeux auquel je jouerai en 2016

Bayonetta 2 – WiiU
Elle m’attend sagement depuis un an, je n’y ai pas encore touché, dieu sait pourtant que ses courbes sont magnifiques, mais il faut vraiment que je m’y mette car j’ai adore le premier épisode sur Xbox 360.

Wonderful 101 – WiiU
Acheté depuis des lustres, je n’y ai jamais touché. L’année 2016 de la WiiU promettant d’être très calme, j’essairai de le glisser dans ma pile de jeux à faire.

Hyrule Warrior – WiiU
A défaut de me défouler sur l’excellent Dragon Quest Heroes disponible sur PS4, je vais essayer de passer du temps à éclater des monstres dans Hyrule pendant mes soirées hivernales.

Etrian Mystery Dungeon – 3DS
Vu que j’ai complètement craqué sur Persona Q, je continue ma lancée avec ce spin-off d’Etrian Odyssey qui sera mon prochain challenge quotidien face à la SNCF.

Les jeux que j’attends en 2016
En plus de mes attentes, je suis aussi très curieux et pressé de découvrir la prochaine console de Nintendo la NX. Il y a beaucoup de spéculation autour de cette machine hybride et j’espère que la firme nippone va prendre un bon virage après l’échec commercial de la WiiU. L’année dernière j’attendais également StarFox Zero mais après avoir vu plusieurs vidéos cette année, j’ai été très déçu par l’orientation du titre. Repoussé à mars 2016, je garderai un oeil dessus au cas où Platinum Game aurait fait un miracle.

New Zelda – Nintendo – WiiU
Zelda Twilight Princess – Nintendo – WiiU
The Legend of Legacy – Nis America – 3DS
Stella Glow – Atlus – 3DS
Bravely Second – Square Enix – 3DS
Yôkai Watch – Level 5 – 3DS
Dragon Quest VII – Square Enix – 3DS
Dragon Quest VIII – Square Enix – 3DS


[TEST] Never Alone sur WiiU

Never-Alone-header
Test réalisé pour le blog JegeekJeplay

Disponible sur l’eShop Wii U depuis le 25 juin dernier, Never Alone est le fruit d’une envie de partager la culture méconnue des Inupiats, peuple vivant en Alaska, à travers le média vidéoludique. C’est l’association de la promotion de la culture inuite, Cook Inlet Tribal Council, qui a fait appel au jeune studio néerlandais Upper One Games pour développer un jeu vidéo bâti sur une histoire et des légendes entretenues par la population Arctique depuis des millénaires.

Nina, dessine-moi un renard

Vous incarnez donc Nina, une petite fille Inupiat qui part de son village afin de comprendre pourquoi le blizzard n’arrête pas de souffler avec tant de force. Never Alone est un jeu de plateforme classique en 2D, qui mettra souvent vos réflexes à l’épreuve pour éviter de mourir frigorifié dans l’eau glacée. Lors de votre périple vous ferez la rencontre d’un renard des neiges aux pouvoirs mystérieux. Ce dernier sera jouable à tout moment sur simple pression d’une touche afin de la diriger à des endroits stratégiques.

Notre bel animal a la faculté d’invoquer les esprits de la nature qui vous viendront en aide afin que vous puissiez continuer votre aventure.Au fur et à mesure que vous traverserez les huit tableaux que vous propose le jeu, vous débloquerez des micro-documentaires sur les traditions, les mythes et le quotidien des inuites. Chaque témoignage est souvent en rapport avec les passages joués permettant ainsi d’en apprendre davantage en s’amusant. Comme pour ces esprits maléfiques verts, tout droit sortis des aurores boréales, qui ne sont autres que des enfants morts trop tôt et qui ont envie de jouer au football en coupant la tête de ceux qui s’en approche de trop près. Ces vidéos sont consultables à tout moment et complètent totalement l’expérience du joueur.

Blizzard ? Vous avez dit blizzard ?
Mais si l’aspect culturel est un réel enrichissement personnel, Never Alone n’apporte pas une expérience vidéoludique digne de ce nom. Même s’il s’agit d’un simple « plateformer » où, il suffira de sauter, courir pour ne pas se faire rattraper par un ours ou nager dans une eau à -50 degrés, la maniabilité énerve souvent. L’inertie de Nina est vraiment à mille lieux d’un Mario et il arrive de louper des sauts bêtement à cause de cela. Les environnements ne sont pas toujours très clairs et vous allez mourir plusieurs fois avant de comprendre comment évoluer d’un tableau à un autre.

De plus, quand vous dirigez la petite fille inuite, le renard est censé vous suivre automatiquement sans encombre, mais il arrive régulièrement qu’il tombe dans un ravin ou qu’il reste bloqué dans le décor sans pouvoir le faire bouger. Il faudra alors relancer votre partie, mais fort heureusement le jeu sauvegarde rapidement pour éviter de reprendre depuis le début. Pour parer à ce problème, un second joueur peut vous rejoindre dans l’aventure. Au-delà de ces petits incidents techniques, Never Alone reste un jeu envoûtant où la complémentarité entre les deux êtres est touchante et l’ambiance est très poétique voir mélancolique, notamment due au narrateur de l’histoire qui l’a raconte en Inupiat sous-titré en français. Malgré une durée de vite très courte et une replay value quasi nulle, Never Alone reste un jeu plaisant grâce à toute sa partie culturelle qui vous ouvrira peut-être de nouveaux horizons.

Image de prévisualisation YouTube

12345...24

HARKYA TYRANID HIVE FLEET |
La légende d'Okami |
Astuces Prizee gratuit |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Tournoi de Calcul Mental
| turfprono
| dofus screen