Game Start : La Passion avant tout


Archive de la catégorie

Liste des articles dans la catégorie Critique.

Mon Bilan Vidéoludique 2015

NNID2016_??_??????_PC_2_1222

Nous sommes, enfin diront certains, passés en 2016 et je vous souhaite à cette occasion tous mes voeux de bonheur et de santé pour cette nouvelle année. Difficile de toujours mettre le blog à jour, mais j’essai de m’y tenir malgré peu d’articles publiés cette année. Mais promis en 2016 cela va changer, avec je pense, pas mal de test rétro parfois en rapport avec l’actualité du moment.

Comme tous les ans je vais revenir sur mes coups de coeur  de l’année aussi bien sur les jeux et les manga qui m’ont marqué. Malgré des jeux qui m’attiraient énormément ainsi qu’une baisse de prix, je n’ai pas craqué sur une PlayStation 4 en 2015. Premièrement je n’ai pas le budget et deuxièmement le manque de temps est de plus en plus important pour moi et je privilégie ainsi une seule console de salon et une console portable. Ne vous étonnez donc pas si ma sélection est uniquement basé sur les machines de Nintendo.

Mon Top 5 jeux vidéo 2015

Capture d’écran 2016-01-01 à 19.21.33

#1 Splatoon
Si il y a eu peu de sortie cette année sur WiiU, il ne fallait surtout pas louper, pour moi, le jeu de l’année alias Splatoon. Ce FPS multi décliné à la sauce Paintball a été une réel vent de fraîcheur parmi toutes les sorties jeux vidéo toutes consoles confondues. Après plusieurs mois, Splatoon possède une communauté active et fidèle grâce aux mises à jour régulière et gratuite que nous propose Nintendo. Grâce à son côté visuelle, son gameplay précis et son univers déjanté (on contrôle des calamars quand même) la nouvelle licence de Nintendo est un véritable carton. Pourquoi ? Tout simplement parce qu’on s’y amuse énormément malgré l’absence d’un chat vocale qui aurait été un vrai plus pour monter ces stratégies. Malgré un petit relâchement de ma part ces derniers mois car j’ai commencé Xenoblade, Splatoon est une valeur sûre que l’on retrouvera bientôt sur une autre machine à mon avis…

xb-illust-main

#2 Xenoblade Chronicles
Cette année Nintendo a sorti un nouveau modèle de sa 3DS, baptisé tout simplement New 3DS. Meilleur ergonomie, écran plus grand, effet 3D enfin stable et un hardware plus puissant. Ce qui a permit de réaliser un portage de Xenoblade disponible auparavant sur Wii. Je n’avais pas pu y jouer sur console de salon car je l’avais revendu et au vue de mes nombreux trajets en train disposer de ce RPG dans la poche était une véritable aubaine. Alors oui visuellement ça pique les yeux à cause d’un aliasing trop prononcé, cependant le jeu reste encore une sacrée prouesse technique pour une console portable. La distance d’affichage est fabuleuse, tout comme les décors qui sont splendides et le charisme des personnages à fini de m’achever. L’aventure est excellente, malgré un début un peu difficile tant il y a d’informations à ingurgiter (système de combat, relation sociale, évolution). Si vous n’avez jamais joué à ce monument du RPG c’est le moment où jamais puisqu’il est même disponible en téléchargement sur WiiU dans sa version Wii. Vous n’avez donc plus aucune excuse.

x360-9Sc

3#Runbow
Les jeux multijoueurs avec le mode « tous dans mon salon » se font de plus en plus rare. Alors quand il y en a un qui se présente, inutile de vous dire qu’on se jette dessus. Runbow est tout simplement un vrai réussite dans son domaine et se paie en plus le luxe d’être original et complet. On s’amuse, on se tape, on se pousse, on s’insulte comme tout bon jeu qui se respecte où le seul objectif est de finir premier. Uniquement disponible sur l’eShop, je vous invite à lire mon test sur le blog JeGeekJeplay.

persona_q_wallpaper_by_shadow_heartless-d8lmxx1

#4 Persona Q
Voici un jeu auquel je n’aurai peut être jamais prêté attention si je n’écoutais pas régulièrement les podcasts d’HBGD (je vous invite à vous abonner, ils sont géniaux). Persona Q est un Dungeon-RPG où vous retrouverez les personnages de jeux Persona 3 et 4 en version SD et où vous allez devoir parcourir plusieurs labyrinthes pour pouvoir vous échapper du monde parallèle dans lequel vous êtes prisonnier. Le jeu est tout simplement addictif, avec sa galerie de personnages attachants, ses dialogues (en anglais) très drôles et bourrés de références pour les fans ainsi qu’un gamplay au poil (de Q ?) où vous devrez vous même cartographier les labyrinthes pour ne pas vous perdre. J’ai vraiment passé d’excellentes heures de jeu sur Persona Q qui est un véritable tremplin pour accéder à d’autres jeux du même genre.

629083
#5 Shovel Knight

Disponible sur PC, PS4, XboneOne, WiiU et 3DS c’est sur cette dernière version que j’ai porté mon dévolue. Sortie depuis plusieurs mois sur l’eShop de Nintendo, j’ai attendu la version boite pour craquer sur ce jeu dont tout le monde vantaient les mérites. Je vous confirme qu’il s’agit d’un excellent titre, avec sa patte graphique 8 bits, son gameplay inventif et aux petits oignons, ses musiques d’anthologie, Shovel Knight a tout d’un titre réalisé par Nintendo. Pourtant c’est Yacht Club Games qui est au commande de ce jeu qui est bien plus qu’un simple hommage fainéant aux jeux rétro.

Les jeux auquel je jouerai en 2016

Bayonetta 2 – WiiU
Elle m’attend sagement depuis un an, je n’y ai pas encore touché, dieu sait pourtant que ses courbes sont magnifiques, mais il faut vraiment que je m’y mette car j’ai adore le premier épisode sur Xbox 360.

Wonderful 101 – WiiU
Acheté depuis des lustres, je n’y ai jamais touché. L’année 2016 de la WiiU promettant d’être très calme, j’essairai de le glisser dans ma pile de jeux à faire.

Hyrule Warrior – WiiU
A défaut de me défouler sur l’excellent Dragon Quest Heroes disponible sur PS4, je vais essayer de passer du temps à éclater des monstres dans Hyrule pendant mes soirées hivernales.

Etrian Mystery Dungeon – 3DS
Vu que j’ai complètement craqué sur Persona Q, je continue ma lancée avec ce spin-off d’Etrian Odyssey qui sera mon prochain challenge quotidien face à la SNCF.

Les jeux que j’attends en 2016
En plus de mes attentes, je suis aussi très curieux et pressé de découvrir la prochaine console de Nintendo la NX. Il y a beaucoup de spéculation autour de cette machine hybride et j’espère que la firme nippone va prendre un bon virage après l’échec commercial de la WiiU. L’année dernière j’attendais également StarFox Zero mais après avoir vu plusieurs vidéos cette année, j’ai été très déçu par l’orientation du titre. Repoussé à mars 2016, je garderai un oeil dessus au cas où Platinum Game aurait fait un miracle.

New Zelda – Nintendo – WiiU
Zelda Twilight Princess – Nintendo – WiiU
The Legend of Legacy – Nis America – 3DS
Stella Glow – Atlus – 3DS
Bravely Second – Square Enix – 3DS
Yôkai Watch – Level 5 – 3DS
Dragon Quest VII – Square Enix – 3DS
Dragon Quest VIII – Square Enix – 3DS


[Critique] Daisy : Lycéennes à Fukushima

daisy-01Le 12 novembre Akata sortira un nouveau manga post-Fukushima avec Colère Nucléaire de Takashi Imashiro. Mais ce n’est pas le premier titre de l’éditeur Limousin sur ce thème, puisque récemment était sortie Je reviendrai vous voir de George Morikawa (Ippo) et il y a un an Daisy : Lycéennes à Fukushima. Je viens d’acheter les deux volumes et après les avoir lu, je me devais de vous en parler pour sensibiliser encore plus de lecteurs sur cette catastrophe et ses répercussions.

L’histoire
Depuis le terrible tsunami qui a frappé Fukushima, Fumi n’ose plus sortir de chez elle. Trop inquiète pour sa santé, à cause des éventuelles radiations émises par la centrale. Pourtant, en dernière année de lycée, il faudra bien qu’elle se décide à retourner en cours. Mais est-il seulement possible de recommencer à vivre et de faire comme si de rien n’était, quand même une simple pluie représente la menace d’une contamination radioactive ? Heureusement, elle pourra compter sur Moé, Ayaka et Mayu, ses trois meilleures amies. Ensemble, elles comptent bien profiter de la vie, et surtout sortir toutes diplômées du lycée ! Elles décident alors de créer un groupe de musique, Daisy, pour se redonner du courage. Mais très vite, la réalité les rattrape.

Mon avis
Capture d’écran 2015-11-05 à 19.41.38Personne n’est sans savoir ce qui s’est passé à Fukushima. Ce terrible tsunami qui a dévasté, détruit et brisé de nombreuses vies. Mais bien plus que cette catastrophe naturelle, c’est l’incident nucléaire qui, encore aujourd’hui, est toujours présent et menaçant.

C’est dans ce climat que nous allons suivre le quotidien de quatre lycéennes vivants à Fukushima. Chacune va essayer de se construire un avenir mais c’est très loin d’être facile car avoir une vie « normale » semble devenu un luxe. Les habitants quittent la ville pour que leurs enfants puissent continuer leur scolarité dans de bonnes conditions, les aides extérieures sont au final peu nombreuses, mais le plus difficile à encaisser ce sont les jugements, les regards fuyants et le dégoût qu’on les japonais envers les « contaminés ». Nos jeunes héroïnes originaire de Fukushima sont donc confronté à un cruel dilemme. Rester ou partir. Sans cesse tourmenté par ce climat malsain, elles se posent énormément de questions. Le gouvernement nous ment-il ? Est-ce que nous sommes réellement en sécurité ? Que vont devenir tous ces déchets radioactifs qui s’entassent ? Que vont devenir les jeunes enfants qui ne peuvent sortir que quelques heures par jour ?

guill_01Dans cette ville qui nous a vues naitre et grandir, tout nous est interdit, désormais.

Capture d’écran 2015-11-05 à 21.20.21L’agriculture est touché de pleins fouet également et de nombreuses exploitations sont aux bord de la faillite. Car malgré des contrôles qui autorisent la vente des produits, personne ne veut acheter des légumes ou du riz contaminés. La conséquence direct est bien souvent l’implosion du cocon familial, qui ne savant plus quoi faire, se déchire un peu plus chaque jour.  Mais nos jeunes filles veulent encore y croire, elles soutiennent leur famille, leurs amis malgré toutes les difficultés rencontrées. Il est facile de baisser les bras et de se laisser aller au désespoir quitte à en finir. Mais heureusement certaines personnes, parfois consciente des risques qu’elles prennent, seront là pour redonner un élan d’espoir et de solidarité.

Il est difficile de parler de Daisy sans trop vous en dévoiler sur l’histoire. Sachez tout simplement que ce manga, en deux tomes, est poignant, émouvant et d’une justesse incroyable. Ce qui fait sa force c’est que l’histoire est basée sur des témoignages recueillis directement par la mangaka. Malgré un dessin shojo, Daisy est sans contexte le meilleur manga politico-ecologique qui m’ai été donné de lire. Akata a touché juste, car vous ne pourrez pas rester insensible à ce drame, vous poussant, tout comme moi, à ce questionner, à réagir et à s’informer davantage. La prise de conscience est réelle, perturbante, dérangeante mais nécessaire. Les médias en général ne parlent plus de Fukushima, de sa reconstruction, de son avenir, des effets secondaires que cela va produire sur les hommes, de la peur des habitants qui sont encore sur place, des mensonges du gouvernement, de l’entreprise Tepco qui envoi au casse pipe des milliers de salariés.

Mais les citoyens japonais commence à lever le poing, à faire entendre leur voix à travers des livres, des reportages ou bien des manga. Daisy est un récit incontournable que je vous invite à acheter, à partager grâce à son accessibilité, pour que l’on oubli pas que des drames se déroulent tous les jours à Fukushima et que ce n’est pas prêt de se terminer…

Daisy : Lycéennes à Fukushima disponible aux Editions Akata au prix de 6,95€


[Critique] Les Pommes Miracle

lespommesmiraclegsAprès l’excellent Moi, Jardinier Citadin, Akata continue dans sa lancé sur la thématique de la culture Bio en éditant le manga Les Pommes Miracle. Vous ne resterez pas indifférent face à cette histoire vraie d’un homme prêt à tous les sacrifices pour atteindre son rêve.

L’histoire
Bien qu’il ait grandi dans une ferme, Akinori Kimura ne se prédestinait pas à devenir agriculteur. Mais suite à son mariage, il finira par reprendre l’exploitation de son beau-père. Filant alors de beaux jours à la campagne, son quotidien va pourtant être bouleversé quand il découvre, avec horreur, que son épouse est allergique aux pesticides qu’il utilise pour la culture de ses pommiers. D’abord par amour, puis par conviction, Akinori Kimura va se transformer en paysan visionnaire et changer totalement sa façon de concevoir son métier et son rapport à la nature. Pendant plus de dix ans, contre vents et marées et le scepticisme des autres producteurs, Akinori Kimura va entreprendre des recherches et des expérimentations pour pouvoir enfin cultiver des pommes… sans pesticide, d’une manière saine et naturelle !

guill_01Tout comme les hommes qui sont trop assistés dans la vie de tous les jours, la nature, à travers ces traitements phytosanitaire, ne sait plus comment se nourrir, se défendre et grandir par ses propres moyens.

PommeM1Mon avis
Akinori Kimura est un grand curieux de nature et il s’intéresse bien plus à la mécanique et aux nouvelles technologies qu’à l’agriculture. Mais alors qu’il a enfin trouvé un emploi épanouissant en ville, il est vite rappelé à l’ordre pourretourner s’occuper des terres familiales. Une fois de retour à ces racines, cela sera aussi l’occasion pour sa famille d’organiser un mariage arrangé afin que la destiné d’Akinori Kimura soit celle d’un agriculteur.

Il doit s’occuper principalement du verger de sa belle famille et on lui inculque tous les « bienfaits » des pesticides qui consistent à éliminer les maladies et les insectes. Conséquence de cela, une augmentation du rendement et l’obtention de belles pommes juteuses au calibre et à la couleur parfaite. Sa femme Mieko, l’aidera pendant plusieurs années à répandre ses pesticides jusqu’au jour où son corps ne les accepte plus. Elle tombe souvent malade pendant des semaines entière et Akinori Kimura ne peut plus supporter de la voir si mal en point. Voulant absolument comprendre comment cultiver sans produit phytosanitaire, il décide de commencer à cultiver ses champs avec des produits naturels. Si il réussit à faire pousser des légumes et du riz bio, il en est tout autre pour son verger  qui ne produit plus aucune pomme et semble mourir à petit feu depuis qu’il ne met plus d’engrais ou pesticide.

PommeM2Mais notre jeune paysan est têtu et continue de vouloir croire qu’il peut réussir à obtenir des pommes sans produits chimiques. Après de nombreuses épreuves, il va enfin trouver la solution pour cultiver de manière saine son verger. Car tout comme les hommes qui sont trop assistés dans la vie de tous les jours, la nature, à travers ces traitements phytosanitaire, ne sait plus comment se nourrir, se défendre et grandir par ses propres moyens. Akinori Kimura doit donc rééduquer la nature pour qu’elle retrouve sa force d’antan et l’envie de s’épanouir.

Au delà de ce fil conducteur, les pommes miracle traitent aussi de sujets de société. En s’entêtant de cette manière, il ruine petit à petit toutes les économies de sa famille qui compte maintenant 3 enfants et génère ainsi des conflits familiaux. La pression sociale est aussi très importante, car tous les autres agriculteurs prennent Akinori Kimura pour un illuminé et commence à le dénigrer de plus en plus et l’étiquetant comme quelqu’un de peu fréquentable. La situation économique devient de plus en plus critique, mais malgré un petit passage à vide, il garde constamment le sourire et une volonté de fer soutenu par sa famille très soudé.

PommeM3Si visuellement les dessins restent assez sommaire, la mise en scène et le récit, aux multiples rebondissements, vous happeront complètement pour vous sensibiliser sur une agriculture saine et gustativement meilleure. J’en suis d’autant plus touché car je cultive de manière bio, pas à la même échelle bien sûr, quelques légumes et fruits dans mon jardin depuis 2 ans. C’est très gratifiant de récolter ce qu’on a fait pousser et c’est clairement bien meilleur que ce qu’on trouve dans les grandes surfaces.

Cette culture bio est importante pour la génération futur qui doit prendre conscience de la dégradation des sols et des ressources en eau et qu’un jour ou l’autre il faudra retourner au champs pour ne plus manger de la merde.

Les Pommes Miracle est disponible aux Editions AKATA au prix de 7,95€


[Critique] Pourquoi je galère toujours en amour ?!

pourquoi-galereAkata a toujours su dénicher de très bon shojo et pour tous les goûts comme Fruits Basket, Nana ou plus récemment Orange. Aujourd’hui nous découvrons un one shot sur les filles qui n’arrivent pas à trouver un petit ami, à travers six histoires. Alors Mesdemoiselles, saurez-vous vous reconnaître ?

L’histoire
Trop   »bonne copine », trop sérieuse, trop fangirl, trop ordinaire… Les mecs trouvent toujours une bonne raison pour pas sortir avec une fille ! À moins que ce ne soient peut-être les filles qui, à cause de leurs complexes, ne réalisent pas que c’est dans leurs petits « défauts » que se cache tout leur charme ?! Un recueil de nouvelles romantiques à découvrir en septembre prochain, et dans lequel chaque lectrice pourrait bien se reconnaître !

 guill_01Pour être aimé, il faut être soi-même

Capture d’écran 2015-09-29 à 19.39.55Mon avis
Pourquoi je galère toujours en Amour ?!, vous propose de suivre les déboires amoureux de six jolies jeunes filles.  Vous retrouverez des sujets qui parleront à tout le monde, même aux jeunes hommes. Il y a bien évidemment la bonne copine que tous les garçons aiment bien mais envers laquelle ils n’éprouvent aucun sentiment amoureux, la fille trop parfaite que personne n’ose aborder, celle qui est trop sérieuse et qui n’intéresse personne, celle qui fantasme un peu trop des qu’un garçon la regarde, la fan girl otaku qui a peur d’assumer sa passion ou celle qui est trop ordinaire déprimant ainsi de voir un jour un garçon se retourner sur elle.

Capture d’écran 2015-09-29 à 19.45.28Même si tous ces thèmes ont déjà été éprouvés maintes fois, les jeunes filles de  maintenant se reconnaîtront très facilement dans ces portraits. Chaque histoire d’amour se termine bien, avec toujours une petite pincé de légèreté, saupoudré de fleurs bleues et une cuillères à soupe d’humour. Un mélange suffisant pour passer un moment agréable en compagnie de ces six filles. Cependant le vrai message que fait passer ce manga, c’est bien évidemment le regard et le jugement des gens qui nous entourent.  On se refuse parfois beaucoup de chose sous prétexte que nos amis, camarades ou collègues vont critiquer nos actions. Alors on refoule nos envies pour se rattacher à la pensée commune et on oubli d’être soi-même. Le titre de Kyôko Maki nous rappelle à chaque histoire que pour être aimé il faut être soi même avec ses qualités et ses défauts. Comme à son habitude, au delà du sujet  principale, Akata veut faire prendre conscience aux filles de notre époque, qu’il faut avoir confiance en soi, qu’il faut agir avec conviction pour obtenir ce que l’on désire réellement.

Pourquoi je galère toujours en Amour ?! est donc un manga sans trop prise de tête, qui plaira à beaucoup de jeunes filles qui se reconnaîtront sans problème dans chaque portrait qui reste toujours d’actualité. Même si visuellement le manga de Kyôko Maki n’a rien d’original avec des filles aux grands yeux pleins d’étoiles et des garçons qui se ressemblent un peu tous, je tiens à souligner la très bonne adaptation et traduction des éditions Akata qui nous livre encore une fois un ouvrage soigné.

Pourquoi je galère toujours en Amour  est disponible aux Editions Akata aux prix de 6,95€


[Critique] Les Chroniques de Tindharia

Tindharia1-1_couverturegsbLes Editions Nobi Nobi, spécialisé dans les livres pour enfants, publie depuis plusieurs mois une offre manga. Entre Pan’Pan’ Panda, Megaman ZX et maintenant Les Chroniques de Tindharia , il y en a pour tous les goûts et tous les âges. Cette fois-ci, nous allons plonger dans l’héroic-fantasy en suivant les aventures de Layle.

L’histoire
Dans l’univers médiéval fantastique de Tindharia, le petit village de Rhubarb est le dernier endroit où naissent les Mesyaria, jeunes magiciennes qui tirent leur pouvoir de chansons ancestrales. Cherchant à vivre en paix, les habitants de Rhubarb se sont retranchés depuis de nombreuses années loin des guerres de territoires en jeu à la Capitale mais surtout loin des dangers des attaques de Nerls, bêtes mystiques avides de sang.

Vivant à Rhubarb depuis leur naissance, Layle, fils d’un héros mort à la guerre et Citra, apprentie Mesyaria, ne connaissent rien du monde extérieur. Pourtant suite à l’arrivée de mystérieux chevaliers noirs, une terrible tragédie vient frapper le village : le destin de nos deux enfants en est alors bouleversé à jamais, et c’est un voyage épique qui commence pour eux.

Mon avis
nobinobi-Tindharia1-1_page068
Ayumi FUJIMURA, qui a officié en tant qu’illustratrice sur le jeu video Tales of Legendia (sortie en 2006 sur PS2), nous propose dans ce premier volume de suivre la quête de Layle et Citra qui décident de quitter leur village natale pour découvrir la vérité sur le drame qui s’est produit parmi leurs proches.

Notre jeune héros est un aventurier sans peur possédant une force extraordinaire et qui est prêt à tous les sacrifices pour faire éclater la vérité. Citra est tout le contraire, peureuse et manquant de confiance, elle possède un grand pouvoir qu’elle invoque par des chansons mais avec beaucoup de difficultés Au cours de leur voyage, nos deux protagonistes vont faire de nombreuses rencontres, réaliser des quêtes pour aider des villageois le tout saupoudré d’humour typiquement nippon. La lecture est agréable, notamment grâce des dessins propres et fluides ce qui est un véritable plus pendant les scènes de combats. Le scénario de ce premier tome, sur trois, pose les bases et nous laisse avec beaucoup de questions sur la mission de ces fameux chevaliers noirs qui obéissent aux ordres de Rosa, la prêtresse au chant magique également.

nobinobi-Tindharia1-1_page094Les Chroniques de Tindharia se destine clairement au public des 10/12 ans qui souhaitent se lancer dans une première lecture manga typé heroic-fantasy. Les lecteurs chevronnés ou les joueurs de RPG seront peut être plus sur la réserve en découvrant un titre au classicisme absolu et assumé. Entre le character design assez commun, des passages déjà vu milles fois ailleurs et une histoire  qui va un peu trop vite à mon goût, il est  difficile de s’attacher aux personnages. Les tomes suivant, me contrediront peut être si le scénario s’étoffe et que les scènes d’aventure/action sont plus variées.

Les Chroniques de Tindharia reste un manga plaisant, à l’adaptation soignée, comme d’habitude avec Nobi Nobi et je le conseillerai à un public jeune, sûrement celui visé par l’éditeur. Pour les autre lisez plutôt The Arms Peddler dont le tome 7 est tout juste disponible.

Les Chroniques de Tindharia : La belle au chant dormant est disponible aux Editions Nobi Nobi au prix de 7,65€


12345...9

HARKYA TYRANID HIVE FLEET |
La légende d'Okami |
Astuces Prizee gratuit |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Tournoi de Calcul Mental
| turfprono
| dofus screen